Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Woodoo veut révolutionner l’architecture avec un bois bionique

| | | | |

Par publié le à 11h00

Woodoo veut révolutionner l’architecture avec un bois bionique

Reconstruction du bois à l'échelle moléculaire.

Pourquoi elle ? Woodoo a développé une technologie brevetée qui permet de créer un bois bionique translucide et ultra-résistant. Son fondateur a été élu innovateur français de l’année par le MIT. 

Date de naissance : Décembre 2015

Lieu de naissance : Paris (75)

Fondateur : Timothée Boitouzet

Secteur d’activité : Design et construction

Un bois magique. C’est ce que semble avoir inventé Timothée Boitouzet. Architecte de formation, il a été élu il y a quelques semaines innovateur français de l’année par la MIT Technology Reviewdans le cadre du concours Innovators Under 35.

Fondée en décembre 2015, sa start-up Woodoo est à l’origine d’une technologie brevetée qui permet de rendre le bois deux à trois fois plus rigide, imputrescible, étanche, plus résistant au feu, mais aussi transparent ou translucide selon l’essence utilisée. Pour doter le bois de telles propriétés, Timothée Boitouzet a adopté une approche de reconstruction moléculaire. Une première étape consiste à retirer la lignine du bois. La seconde consiste à remplir l’air présent dans le bois par un biomonomère, un plastique d’origine naturelle. Intégré au bois grâce à un autoclave, il permet de renforcer les liaisons atomiques entre les fibres. L’aspect transparent ou translucide est, quant à lui, obtenu grâce à la cellulose qui est un matériau cristallin et qui permet donc de laisser passer la lumière.

Basée à Paris, la jeune pousse a déjà identifié plusieurs applications possibles. La première est le mobilier et le design intérieur. D’ici deux ans, elle compte s’attaquer au second œuvre, c’est-à-dire aux façades, planchers et toitures. Et d’ici cinq ans, Woodoo prévoit de se lancer sur le marché de la construction bois. « Avec le bois classique, on ne peut pas construire des bâtiments de très grande hauteur. Au-delà de 12 niveaux, il y a des problèmes de stabilité. Mais avec notre bois beaucoup plus rigide, il sera possible de faire des tours en bois », assure Timothée Boitouzet. Pour parvenir à de telles prouesses, la jeune pousse devra toutefois trouver le moyen de réaliser des tranches de bois de plus en plus épaisses.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur