Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Web Summit : Boeing parie sur la réalité augmentée pour gagner en productivité

| | | |

Par publié le à 15h57

Web Summit : Boeing parie sur la réalité augmentée pour gagner en productivité

Paul Davies, ingénieur spécialiste de la réalité augmentée chez Boeing, au Web Summit de Dublin.

Boeing a mené une étude en interne pour tester et mesurer les possibilités offertes par la réalité augmentée sur ses lignes d'assemblage. Les opérateurs ayant eu recours à cette technologie ont réalisé la tâche demandée beaucoup plus rapidement et avec davantage de précision que les autres groupes. Certains défis technologiques doivent toutefois encore être relevés avant d'envisager un déploiement effectif.

« A l’échelle industrielle, le potentiel de la réalité augmentée va être énorme », a assuré Paul Davies, ingénieur spécialiste de la réalité augmentée chez Boeing,  lors d’une intervention au Web Summit de Dublin, la grand-messe européenne des technologies numériques. Pour appuyer ses propos, l’ingénieur a présenté les résultats d’une étude menée en collaboration avec l’Université de l’Etat de l’Iowa. 

Une exécution 30 % plus rapide

Réalisée sur un site de production de Boeing situé dans l'Etat de Washington, l’enquête portait sur une cinquantaine d’opérateurs, divisés en trois groupes. Pour réaliser la tâche demandée, un assemblage d’une maquette d’aile, le premier groupe disposait d’instructions sur une simple feuille PDF. Le deuxième disposait des mêmes instructions sur un ordinateur portable et le troisième pouvait se référer aux mêmes instructions, mais affichées, cette fois-ci, en réalité augmentée. Les résultats sont sans équivoque. « Le troisième groupe a accompli la tâche demandée 30 % plus rapidement et avec un taux d’erreurs 90 % inférieur aux autres groupes », a assuré Paul Davies.

Pour réaliser cette étude, le géant américain de l’aéronautique a mis au point un prototype de réalité augmentée. Celui-ci repose sur une tablette équipée d’une douzaine de petites boules, chacune dotée de capteur, afin qu’un système infrarouge, couplé à une série d’algorithmes, puisse déterminer où se situe exactement le terminal, afin d’aligner en temps réel les informations virtuelles avec le monde réel.

Des obstacles technologiques à surmonter avant un déploiement effectif

Pour l’heure, cette technologie de réalité augmentée ne fait l’objet que d’expérimentations et n’a pas encore été déployée au sein du système de production actuel. Paul Davies voit encore deux principaux obstacles à surmonter pour un déploiement à grande échelle. Le premier repose sur le tracking. « C’est très facile de le réaliser dans un laboratoire, mais beaucoup plus difficile sur une ligne d’assemblage », note le spécialiste. Le second challenge consiste à récupérer et convertir les données issues des systèmes d’information industriels pour les adapter aux dispositifs de réalité augmentée. D’après lui, seules des équipes pluridisciplinaires seront capables de mettre au point une expérience de réalité augmentée optimale dans l’industrie.

Un défi que compte bien relever la start-up Daqri. Basée en Californie, la jeune pousse a dévoilé l’année dernière le Smart Helmet, un casque de réalité augmentée dédié aux usages industriels. A l’occasion du Web Summit, l’entreprise devrait présenter une démonstration de son produit doté d’une technologie supplémentaire qui permet de mesurer l’activité cérébrale des opérateurs. 

De notre envoyée spéciale à Dublin, Juliette Raynal

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur