Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Vidéo : Plongez dans l’intimité du cœur artificiel de Carmat

| | | | | |

Par publié le à 14h08

Vidéo : Plongez dans l’intimité du cœur artificiel de Carmat

La prothèse de Carmat ressemble par de nombreux aspects à un vrai cœur.

Le premier receveur du cœur Carmat devrait être implanté entre fin décembre et mars prochain. De nombreux efforts ont été accomplis pour assurer sa compatibilité (biomatériaux, ressemblance anatomique et fonctionnelle…), qui devrait être vérifiée pour au moins 65 % des individus. Chaque greffe sera précédée d’un scanner pour vérifier que la prothèse s’insère bien dans la cage thoracique du patient.

Dans cette vidéo, les concepteurs de Carmat montrent comment leur prothèse viendra se greffer au patient pendant l’opération : après avoir oté la partie basse du cœur avec les deux ventricules, les chirurgiens sutureront les deux oreillettes puis fixeront à ce niveau, par un système de clips, le cœur articificiel.  


                  


L’animation explique également le mode d’alimentation de la prothèse. Elle sera connectée, via un fil et une prise rétro-auriculaire, à une batterie externe offrant jusqu’à douze heures d’autonomie. Il s’agit en réalité d’une deuxième génération fonctionnant à l’hydrogène, puisque la recharge sur les premiers patients implantés se fera au moyen d’une batterie lithium-ion externe. Avec trois à cinq heures d'autonomie, elle sera reliée à l’organe artificel par une prise intra-abdominale.

Carmat indique toutefois que ces premiers patients pourront profiter de la deuxième génération une fois celle-ci disponible, probablement d'ici fin 2012.
  
Ludovic Fery

Pour en savoir plus : www.carmatsa.com
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur