Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

[Vidéo] Grâce à l’IA, le robot du MIT trotte à l’aveugle

| | |

Par publié le à 11h51

[Vidéo] Grâce à l’IA, le robot du MIT trotte à l’aveugle

L’évolution rapide de la robotique est impressionnante. Sur cette vidéo postée le 4 juillet dernier, le MIT a dévoilé les dernières prouesses de son robot Cheetah. Ce grand chien robotique se déplace « à l’aveugle » sur un tapis de course, des marches encombrées, saute sur une table ou se fait pousser par un homme… sans tomber !

Il sprinte à 16 km/h, saute des obstacles, monte des marches encombrées, se fait bousculer sans tomber… le robot Cheetah 3, du laboratoire Biomimetic Robotics du Massachusetts Institute of Technology (MIT), n’en finit pas de nous épater. Surtout lorsque ces prouesses sont réalisées « à l’aveugle », c’est-à-dire sans système de vision. 

Pourquoi aveugle : le robot devra être capable de gérer des comportements inattendus sans se fier à la vision. Le designer du robot, Kim Sangbae, professeur agrégé de génie mécanique au MIT explique : « La vision peut être bruyante, légèrement inexacte et parfois non disponible. Et si vous comptez trop sur la vision, votre robot doit être très précis dans la position et sera finalement lent. Nous voulons donc que le robot s’appuie davantage sur des informations tactiles. De cette façon, il peut gérer des obstacles inattendus tout en se déplaçant rapidement. »

Deux nouveaux algorithmes 

Pour franchir à l’aveugle des escaliers, des terrains compliqués d’accès ou retrouver son équilibre, le Cheetah 3 utilise deux nouveaux algorithmes développés par l’équipe de chercheurs : un algorithme de contact et un algorithme de contrôle prédictif. Le premier aide le robot à déterminer le meilleur moment pour qu’une jambe passe du balancement dans l’air au pas au sol. Et ce, en calculant constamment trois probabilités pour chaque jambe : entrée en contact avec le sol, force générée par le sol et balancement de jambe. L’ensemble est calculé à partir des données reçues par les gyroscopes, accéléromètres et des positions articulaires des jambes. 

Le deuxième algorithme permet de prédire la force qu’une jambe doit appliquer sur le sol une fois engagée dans un mouvement. Il calcule les positions du corps et des jambes du robot une demi-seconde dans le futur. L’algorithme est conçu pour réaliser des calculs toutes les 50 millisecondes ou 20 fois par seconde. 

Des améliorations physiques

Côté hardware, le robot Cheetah 3 dispose d’améliorations par rapport à son prédécesseur : ses possibilités de mouvement sont élargies. Dans les prochaines années, le robot devrait être capable d’effectuer des tâches dangereuses ou inaccessibles pour les êtres humains. « Cheetah 3 est conçu pour réaliser des tâches polyvalentes telles que l’inspection d’une centrale électrique qui implique divers terrains comme des escaliers, des bordures et des obstacles sur le terrain » ajoute Kim Sangbae. 

En vidéo, les prouesses du robot Cheetah 3 : 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur