Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Une hélice de navire imprimée en 3D homologuée pour la première fois

| | | |

Par publié le à 12h00

Une hélice de navire imprimée en 3D homologuée pour la première fois

Montage de l'hélice WAAMpeller en impression 3D.

La première hélice de navire imprimé en 3D vient d’être homologuée aux Pays-Bas pour être utilisé pour la navigation. Mise au point par le laboratoire du port de Rotterdam, en collaboration avec Autodesk, l’hélice WAAMpeller est montée sur un navire Damen. 

La première hélice imprimée en 3D se jette à l’eau ! Autodesk et le laboratoire d’impression 3D du port de Rotterdam (RAMLAB) ont récemment reçu l’homologation nécessaire pour que la première hélice de bateau imprimée en 3D puisse être utilisée pour la navigation. WAAMpeller, qui mesure 1,35 mètre de diamètre et pèse environ 200 kg, est le fruit d’une collaboration entre le RAMLAB, Autodesk, Promarin, Bureau Veritas et Damen Shipyards.

Le design de l’hélice à trois pales a été conçu par le fabricant Promarin. A des fins d’essais opérationnels, Damen a fourni l’un de ses navires Stan Tug 1606. Le rôle de Bureau Veritas était de vérifier l’ensemble du processus de développement, de production et de test. Le laboratoire RAMLAB a utilisé le logiciel Autodesk et s’est appuyé sur le procédé de fabrication additive à arc électrique (WAAM, pour wire arc additive manufacturing) pour le processus d’impression.

298 couches d’impression 3D

En août, le projet a vu naître un premier prototype en alliage nickel, aluminium, bronze (NAB). « La production du deuxième WAAMpeller a été améliorée car nous avons beaucoup appris de la production du prototype, explique Vincent Wegener, directeur général de RAMLAB. Cela concerne principalement l’interaction matériel / logiciel, car lors de la pose des 298 couches d’alliage, il est important d’avoir un contrôle serré sur tous les paramètres du processus. » Le programme d’essais de l’hélice comprenait des tests de traction et d’arrêt d’urgence, en plus des essais de vitesse.

Le projet a nécessité 7 mois de développement. Il montre le potentiel des techniques d’impression 3D pour l’industrie de la construction navale.

 

A LIRE EGALEMENT Impression 3D : comment les industriels apprennent à l'apprivoiser

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur