Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Un voilier autonome traverse l'Atlantique en 80 jours

| | | | | |

Par publié le à 08h19

Un voilier autonome traverse l'Atlantique en 80 jours

En 2017, Offshore Sensing avait déjà réalisé la plus belle performance du Microtransat Challenge en parcourant la moitié de l'Atlantique.

Développé par l'entreprise norvégienne Offshore Sensing, un mini-voilier de 2 mètres de long a effectué la première traversée de l'Atlantique en autonomie pour un appareil de ce type. La performance a été établie dans le cadre du Microtransat Challenge.

Après 80 jours de navigation, SB Met a atteint le point qu’il visait au Nord de l’Irlande le 26 août 2018. Parti le 7 juin du large de Terre-Neuve, le petit voilier autonome a parcouru les 3 000 km qui le séparaient du continent européen. Conçu par les norvégiens d’Offshore Sensing, il devient le premier engin de ce type à traverser l’Atlantique. Cette performance a été établie dans le cadre du Microtransat Challenge : une course transatlantique pour les bateaux autonomes. Jusque-là, en huit éditions, 23 tentatives avaient échoué. « Le résultat est toutefois provisionnel et attend la décision finale du jury après analyse des données de bord », lit-on sur le site internet de la course.

Une navigation autonome

L’entreprise norvégienne démontre ainsi que son appareil est capable de naviguer en autonomie sur de longues distances pour collecter et transmettre des données. Par exemple pour mesurer des paramètres océaniques ou atmosphériques, traquer des nappes d’hydrocarbures ou servir de station relai pour des instrumentations sous-marines.

Navigant grâce à la force du vent, le petit navire de 2 mètres de long est muni de panneaux solaires pour alimenter ses capteurs et l’électronique de bord. La communication est assurée en temps réel grâce au système satellite Iridium. Si le parcours en ligne droite faisait 3 000 km, la trajectoire de SB Met n’était pas tout à fait rectiligne : le bateau a en réalité parcouru plus de 5 000 km. Infatigable, il a viré de bord à son arrivée au large de l'Irlande pour mettre le cap sur la Norvège. Plus que 1 300 km à parcourir avant l'arrivée à bon port.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur