Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Un supercalculateur français au Japon

| | | |

Par publié le à 18h42

Un supercalculateur français au Japon

Le supercalculateur Helios

Construit par Bull, il fournit une puissance de plus de 1,5 pétaflops pour des applications de modélisation et de simulation de la fusion nucléaire.

Un beau succès pour Bull ! Le constructeur français vient d’installer son premier supercalculateur au Japon. Baptisé Helios, ce supercalculateur équipe le centre de calcul de Rokkashole. Il affiche une puissance de calcul crête de 1,5 pétaflops. Il se destine à la modélisation et la simulation numériques de la fusion nucléaire. C’est le troisième supercalculateur pétaflopique conçu et développé par Bull mis en production opérationnelle au cours des dix-huit derniers mois.

Bull a été retenu par le CEA en avril 2011 dans le cadre de l'Approche Elargie, programme de recherche, complémentaire du programme ITER, engagé en novembre 2006 au sein d’une coopération entre le Japon et l'Europe. Le CEA a été mandaté par la partie européenne pour ce projet.

Le supercalculateur Helios va ainsi contribuer au grand programme de coopération internationale ITER, dont l’objectif est de maîtriser la fusion nucléaire comme future source d’énergie. Il sera utilisé par les différentes équipes de recherche pour modéliser les nombreux défis que pose la fusion : comportement du plasma, gaz ionisé très chaud dans des champs magnétiques élevés ; étude des matériaux qui seront soumis à des flux de chaleur et de particules très intenses… Il est mis à la disposition des chercheurs européens et japonais pour une période de 5 ans.

Ce supercalculateur a été installé en moins de six mois sur une zone touchée par le tsunami il y a un an. Pour la partie calcul, il réunit au sein d’une architecture ''cluster'' 4 410 nœuds de calcul bullx B510 intégrant 8 820 processeurs Intel Xeon E5-2600, soit au total 70 560 cœurs de calcul. Il dispose d'une mémoire de 280 téraoctets et d’un système de stockage à haut débit de 5,7 pétaoctets, complété par un système de stockage secondaire prévu pour supporter 50 pétaoctets. Le réseau d’interconnexion du cluster repose sur la technologie optique InfiniBand.

Venant compléter la partie calcul, 6 systèmes bullx série S et 80 systèmes bullx série R sont destinés aux opérations d’administration du supercalculateur, à la gestion du système de fichiers Lustre et à l'accès aux utilisateurs. Bull a fourni également 32 systèmes bullx R425 incluant des cartes graphiques hautes performances pour le pré/post traitement et la visualisation. Le supercalculateur embarque la suite logicielle bullx Supercomputer Suite Advanced Edition de Bull, basée sur le système d'exploitation Linux et des logiciels Open Source.

Ridha Loukil

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur