Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Un foulard anti-pollution, chic et connecté

| | | | |

Par publié le à 07h23

Un foulard anti-pollution, chic et connecté

capture d'écran

Se protéger de la pollution sans rien sacrifier à l’esthétique, c’est l’innovation que propose une start-up française avec son foulard anti-pollution Wair.

Le foulard anti-pollution Wair est une idée née à Paris, allez savoir pourquoi. Caroline Van Renterghem, la fondatrice de la start-up lyonnaise Wair, en 2016, explique que c’est en cherchant comment se protéger de la pollution lors de ses déplacements en vélo dans la capitale française qu’elle a eu l’idée de Wair, devant l’absence d’autre réelle solution … esthétiquement correcte. Pour la fondatrice, Wair n’est pas seulement une protection efficace mais aussi un accessoire de mode. C’est aussi une belle innovation technique, que la jeune entrepreneuse venue du monde de la mode a mis au point avec l’aide d’un ingénieur centralien, Luc Saulière.

Le tissu du foulard est doublé d’un filtre à particule passif, auquel est ajouté un boîtier de filtration actif, qui permet de filtrer les particules jusqu’à PM 0,1 micromètre, tout en empêchant l’effet d’étouffement. Le masque bloque 99% des polluants. Cette dernière version est donc dotée d’un système actif motorisé, avec batterie intégrée, pour faire circuler de l’air frais au niveau de la bouche, et a été présenté lors du CES de Las Vegas en janvier 2017. Wair y associe un mapping en temps réel de la qualité de l’air. Une application smartphone dédiée, Sup’airman, alerte le porteur sur la qualité de l’air de la zone où il se trouve (allèrgènes, pollen , alertes pollution…), tout en participant à faire un mapping de la zone concernée. 

Le fonctionnement du filtre : 

 

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur