Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Un éclairage naturel pour les sous sols

| |

Par publié le à 09h49

Un éclairage naturel pour les sous sols

panneaux de lentilles de fresnel

Un système d’éclairage original pour le tertiaire a été développé par Echy, créé par deux jeunes polytechniciens en 2012. Il concentre et conduit  la lumière du soleil directement dans les bureaux les plus proches, de manière à éclairer les espaces en journée sans avoir à utiliser la lumière artificielle. Après un premier prototype installé en octobre 2013, un deuxième prototype devrait être installé en février 2014.

Florent Longa et Quentin Martin-Laval, deux jeunes polytechniciens, ont conçu un système original pour améliorer l’éclairage des bâtiments : il emmène directement la lumière naturelle du soleil dans les pièces, y compris celles qui ont peu d’ouverture vers l’extérieur. Des lentilles de Fresnel concentrent la lumière du soleil avec un facteur de 200 sur des fibres optiques d’un diamètre d’environ 3 millimètres, lesquelles transportent la lumière directement dans les pièces à éclairer. Pour optimiser la collecte de la lumière, un système de suivi du soleil oriente les panneaux de lentilles face au soleil à tout moment de la journée. Au final, 18 % de la lumière arrivant sur la surface d’une lentille est apportée à l’intérieur pour des longueurs maximales de fibre de 20 mètres, soit l’équivalent de 3 ou 4 étages. Pour pallier l’intermittence de la luminosité naturelle, l’éclairage naturel au plafond est couplé dans un système hybride avec des LED.

Le concept n’est en fait pas nouveau, concède Florent Longa. D’autres solutions ont déjà été développées mais restent très chères, à cause du tracker et des fibres optiques. « Deux innovations nous ont donné la capacité de faire un système moins cher et de démocratiser l’éclairage hybride, explique-t-il. Un premier brevet a été déposé sur le design des panneaux, de grande dimension, jusqu’à 6 m². Un deuxième brevet améliore la concentration du flux dans la fibre. » La fibre optique en plastique ne peut pas en effet dépasser 70°C. Le système de fixation qui fait l’objet d’un dépôt de brevet améliore le refroidissement de la fibre.

A partir de ces innovations, Echy a développé un module d’une dizaine de lentilles. Un premier prototype comprenant quatre modules, soit 3 m² de surface, a été installé pour éclairer les bureaux de Setec. Il éclaire le rez-de-chaussée et le sous-sol du bâtiment, pour un total de 50 m² à 500 lux, mais n’est pas couplé avec un système de LED. Les occupants allument la lumière quand cela est nécessaire. Un deuxième système, hybride quant à lui, devrait être installé en février. Un système automatique permettra de doser l’intensité des LED en fonction de la lumière naturelle. A terme, « le système est destiné aux bureaux et aux centres commerciaux, explique Florent Longa. Il permet de réhabiliter des surfaces en bureaux ou d’améliorer dans des centres commerciaux l’ambiance et le confort visuel ». Pour la suite, l’entreprise, qui compte maintenant 7 salariés, va travailler à réduire les coûts du système d’environ encore 20 000 euros pour éclairer 100 m², soit 6 m² de modules. Un pas essentiel à franchir pour espérer le développement de la technologie.

Eclairage par fibre optique dans un couloir

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur