Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Ubic Media protège les droits d’auteur sur Internet

| | | |

Par publié le à 09h00

La société propose une solution logicielle qui permet de diffuser des services vidéo sur Internet, tout en préservant les droits d’auteur des risques de piratage.

Ubic en bref :

Date de création : mars 2006
Créateur : Alain Rosset
Implantation : Lyon (69)
Effectif : 7 personnes
Site Web : www.ubicmedia.com
Contact : Alain Rosset : PDG
Email : alain.rosset@ubicmedia.com
Tél :04 78 54 29 08


Fondée en 2006, Ubic Média prétend résoudre les problèmes de piratage de contenu multimédia sur Internet. Elle propose une technique qui permet à l'internaute de lire une vidéo ou un morceau de musique en fonction de la volonté de son auteur, sans pouvoir dupliquer le fichier ni la transférer.

Titulaire d’un DEA en informatique et d’un autre en mathématiques, le fondateur a notamment travaillé pendant trois ans à l’institut de recherche Battelle. La technologie PUMit, qu’il a mise au point, est le fruit de dix années de recherche. Elle transforme l’ordinateur de l’internaute en salle de cinéma où l’utilisateur peut assister à une séance et une seule, correspondant au seul droit qu’il a acheté. Elle rendrait le piratage impossible en supprimant toute possibilité de duplication ou de transfert. Du moins selon la société.

Cette technologie s’appuie, non pas sur un procédé de cryptage, mais sur un logiciel, fruit d'un développement complexe en termes d'algorithmes et d'architecture. Le fichier vidéo ou audio peut être librement téléchargé. Mais, pour le lire, l’ordinateur doit être connecté et l’utilisateur doit entrer un code spécifique. Pas de code entré, pas de lecture de fichier.

La start-up connaît son premier son succès, non pas en France, mais aux Etats-Unis, en signant un contrat avec la société StarZ pour la diffusion sur Internet d’une série à gros succès outre-Atlantique.  Elle ne vend pas ses outils techniques, comme on vend un produit. Elle se rémunère en servant d'interface et en prélevant une commission de 15 à 25 % sur les achats de vidéo par les internautes.

Ainsi, le fondateur espère faire passer le chiffre d'affaires de quelques centaines de milliers de dollars aujourd’hui à quelques millions de dollars en 2013.

Ridha Loukil

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur