Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Transpolis : un terrain de jeu pour les véhicules de demain dès 2018

| | |

Par publié le à 07h59

Transpolis : un terrain de jeu pour les véhicules de demain dès 2018

Transpolis, laboratoire mobilité urbaine, ouvrira en 2018, dans l'Ain.

Afin de tester leurs futurs transports autonomes et les infrastructures dédiées en situation réelle, les industriels pourront bientôt s'entraîner à Transpolis, futur laboratoire de mobilité urbaine. En construction près de Lyon, la plate-forme doit ouvrir en 2018.

Feux intelligents, éclairage urbain dernière génération, stations de recharge multi-énergies… La future ville-laboratoire conçue par la société Transpolis devrait offrir un vaste terrain de jeux aux industriels désireux de tester leurs nouvelles solutions. Cette plate-forme de 80 hectares, dont les travaux ont débuté en août dernier, permettra de développer simultanément les futurs transports autonomes et les infrastructures urbaines avec lesquelles ils seront amenés à communiquer.

“La voiture autonome ne peut se concevoir sans son environnement. Pour les constructeurs, cela nécessite une approche transversale, en collaboration avec les autres domaines d’activité, détaille Stéphane Barbier, directeur de développement de Transpolis. Cette ville-fantôme doit également permettre de tester en toute sécurité véhicules et infrastructures lors de mises en situation, afin d’établir des preuves de concept qui convaincront les collectivités d’adopter ces solutions”.

18 millions d'investissement

Une version beta de ce laboratoire - de 30 hectares - existe déjà, non loin de là, dans une ancienne carrière au sud de l’aéroport. “Elle a été construite en amont, à la demande des industriels pressés de développer en situation réelle leurs modèles”, précise Stéphane Barbier. La navette autonome électrique de Navya, ainsi que le Bluebus de Bolloré y ont fait leurs premiers pas. Dernière entrée au capital de la société, la start-up lyonnaise Hikob, spin-off de l’INRIA, y perfectionne ses capteurs destinés à optimiser l’occupation des parkings et contrôler les durées de stationnement. Ou à gérer les bornes de recharge des véhicules électriques. Transpolis, qui compte aujourd’hui 13 actionnaires privés et publics (au rang desquels Renault Trucks, Colas..), a déjà investi 18 millions dans cette plate-forme d'essais, avec l’aide des pouvoirs publics.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur