Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

A Toulouse, les composites visent le ciel

| | | | | |

Par publié le à 10h05

A Toulouse, les composites visent le ciel

Créé en 1988 à Toulouse, le Critt Mécanique & Composites (Centre régional d'innovation et de transfert de technologie), vient de fêter ses 30 ans. Une occasion pour son équipe de présenter ses expertises et ses moyens, et de mettre en lumière les développements en cours.

Hébergé au cœur de l'Espace Clément Ader, à Toulouse, le Critt Mécanique & Composites est adossé aux équipes et plateaux techniques mutualisés de l'Institut Clément Ader (CNRS, Université Paul Sabatier, Insa, Isae et Ecole des Mines d'Albi), spécialisé dans les structures, systèmes et procédés mécaniques. « Une spécificité qui nous permet d'avoir accès à des moyens et des expertises en caractérisation, production et essais de très haut niveau », souligne d'emblée Guillaume Cohen, directeur du Critt Mécanique & Composites.

Positionné sur l'accompagnement des entreprises pour le développement de produits ou procédés nouveaux dans le domaine des matériaux innovants et plus spécifiquement des composites hautes performances, le Critt toulousain est devenu un acteur majeur dans l'accompagnement de l'innovation au sein des PME régionales. « Nos expertises vont du choix de matériaux, jusqu'aux étapes de contrôles et qualifications, en passant par le calcul de structures, la caractérisation de matériaux, la fabrication de pièces composites, la mise au point de process industriels et les essais », indique encore le directeur.

Une presse de 1 500 kN et des machines d'usinage multi-axes

Grâce à la mutualisation de moyens et avec une équipe de 7 personnes, le Critt toulousain, labellisé CRT (Centre de Ressources Technologiques) par le Ministère de la Recherche, donne ainsi accès aux PME à toute une palette d'essais vibratoires, mécaniques et de simulation d'environnement (température, vent...), mais aussi de moyens de contrôles non destructifs (radiographie, thermographie infrarouge, ultrasons...). Au titre des grands moyens d'essais physiques, notons une presse de 1 500 kN (kilonewton) et une tour de chutes de 5 mètres de hauteur. Côté production, il dispose d'outils de prototypage de composites, en technologie de drapage, enroulement ou injection, mais aussi de machines de découpe et d'usinage à jet d'eau et d'une machine d'usinage multi-axes.

Trois grands projets pluriannuels

De quelques heures de prestations à plusieurs mois de campagnes d'essais ou de développement de nouveaux produits ou process, le Critt a facturé 155 affaires en 2017, auprès d'une soixantaine de clients, dont plus de 90% sont des PME régionales. En tête des troupes : l'aéronautique et l'espace, pour 33 % des dossiers. Avec notamment à son actif, trois grands projets pluriannuels de R&D, aux côtés de PME régionales, dans le cadre des appels à projets régionaux Readynov (co-financements Région et Europe).
Le projet DualHiRel, conduit avec Microtec (9,5 millions d'euros de chiffre d'affaires réalisé en 2017), une société toulousaine spécialisée dans la conception et la fabrication de bancs de tests et d'équipements industriels, vise à développer une chaine de production duale de pose de composants CMS, entièrement automatisée et intégrant le contrôle. « Tout l'enjeu est de concilier les contraintes de très haute fiabilité du secteur spatial et les exigences de cadences et de prix de l'aéronautique », estime Guillaume Cohen. Le projet mobilise 800 000 euros sur trois ans.
 
Avec Cro2, en partenariat avec Opt'Alm, qui a mis au point un procédé breveté de conception et de fabrication additive, autour de la technologie du dépôt de poudres métalliques fusionnées par laser, il s'agit de développer un process industriel adapté à la réparation de pièces aéronautiques. A la clef : la création d'une chaîne numérique et automatisée intégrant l'analyse de fissures sur des pièces titane de types panneaux ou tubulures, l'outil de CFAO dédié à la réparation en impression 3D et un outil de simulation du comportement des pièces réparées. Le projet engage 450 000 euros sur deux ans.
 
En partenariat avec l'équipementier gersois Equip'Aéro (160 salariés) et la start-up Nobrak, basée à Montauban, le projet Icore 2.0 (budget de 600 000 euros sur 30 mois), quant à lui, vise à mettre au point de nouveaux matériaux (résines thermoplastiques) et procédés (placement automatisé de fibres communicantes) pour la fabrication de pièces destinées au marché de l'aménagement intérieur des cabines avions. L'objectif est d'obtenir des pièces composites connectées, pour permettre un suivi en temps réel tout au long de leur cycle de vie.
 
Pour accompagner ces trois grands projets, l'équipe du Critt sera bientôt renforcée avec l'arrivée de 3 ingénieurs supplémentaires d'ici la fin de l'année. Un nouveau plan pluriannuel d'investissements est aussi en cours de définition pour monter en compétences avec de nouveaux moyens de fabrication et de contrôle robotisés.
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur