Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Toucher les mondes virtuels du bout des doigts

| |

Par publié le à 15h12

Toucher les mondes virtuels du bout des doigts

Un exosquelette sensible pour toucher le virtuel du bout des doigts.

Des chercheurs suisses ont développé un gant ultraléger pour sentir et manipuler des objets virtuels avec des sensations très réalistes. Baptisé DextrES, leur dispositif a le potentiel de fonctionner sur batterie.

L’Oculus Rift, le HTC Vive, le Samsung Gear... Les casques de réalité virtuelle sont bardés de technologies ultra-perfectionnées pour offrir à l’utilisateur une immersion totale. Pour une expérience toujours plus réaliste, les développeurs et ingénieurs s’attaquent désormais au sens du toucher, pour permettre de manipuler finement des objets virtuels. Dans cette course à la sensation virtuelle, des chercheurs de l’EPFL et de l’EPFZ ont mis au point DextrES, un gant qui offre à l’utilisateur une sensation tactile très réaliste. Le système, qui ne pèse pas plus de 8 g, est composé d’un gant en nylon dont le pouce et l’index sont équipés de fines lames (2 mm d’épaisseur) de métal flexibles qui coulissent l’une sur l’autre. Ces lames sont séparées par un isolant électrique. Au contact d’un objet virtuel, une tension est envoyée entre les plaques qui se collent entre elles par attraction électrostatique, bloquant ainsi le mouvement des doigts. Dès que la tension est supprimée, les lames coulissent à nouveau pour libérer le mouvement.

Une plus grande liberté de mouvements

Comme la technologie est conçue pour bloquer un mouvement et non pas pour en créer un, son besoin en énergie est limité. Le système peut produire une force de retenue de 20 N avec une tension de 200 V, et seulement quelques milliwatts de puissance. Actuellement alimenté par un câble électrique, DextrES a le potentiel de fonctionner sur batterie pour une plus grande liberté de mouvements. Sa légèreté, sa finesse et sa flexibilité en font une alternative prometteuse aux exosquelettes volumineux, pompes et câbles qui équipent les gants virtuels actuels. Développés à destination d’un public de gamers, cette technologie pourrait rapidement trouver des applications en médecine, notamment pour la formation des chirurgiens sur des plateformes virtuelles.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur