Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Terres rares : vers une production plus durable ?

| | | | | | |

Par publié le à 19h32

Terres rares : vers une production plus durable ?

Les lanthanides ont des propriétés magnétique, optique et chimique inégalables.

Siemens investit six millions d’euros pendant quatre ans dans un programme de recherche allemand sur les terres rares. Le but : trouver de nouveaux procédés d’extraction, de production et de recyclage de ces métaux stratégiques tout en préservant l’environnement.

Moteurs d’éoliennes, batteries automobiles, écrans LCD, lampes basse consommation… Quand on en vient aux applications, le groupe des lanthanides n'a plus rien de rare. Bien que hautement stratégiques, c’est jusqu’à présent la Chine qui en assurait la quasi-totalité de la production mondiale.

Conscient de sa dépendance, le géant de l’électronique Siemens va investir dès 2012 six millions d’euros dans les universités allemandes pour faire avancer la recherche sur ces métaux précieux. Quatre axes de travail seront menés à l'Université technique d'Aix-la-Chapelle et au Centre de recherche de Jülich :
 

  • Evaluation fiable de gisements alternatifs par rapport à la Chine ;
  • Développement de procédés durables de production et d'extraction des terres rares ;
  • Analyse du cycle de vie pour la production des terres rares ;
  • Méthodes efficaces pour le recyclage des terres rares.


« Les méthodes utilisées actuellement dans la production et l'extraction des terres rares possèdent des potentiels d'optimisation en matière de développement durable et compatibilité écologique à long terme », lit-on un communiqué de la firme allemande du 09 décembre. Les terres rares étant souvent liés à des minerais radioactifs, tels le thorium et l’uranium, des précautions sont nécessaires pour éviter toute contamination des ouvriers et de l’environnement. De même, les nombreuses étapes de séparation font appel à des solvants chimiques nocifs pour l'écosystème.

Alors que Siemens recentre ses forces en Allemagne, le chimiste français Rhodia décide au contraire de s'ouvrir à l’international : le leader des formulations à base de terres rares a annoncé ce matin une alliance stratégique avec le chinois Chinalco, pour sécuriser ses stocks de matières premières, et développer les technologies associées.

Vérité Outre-Rhin, erreur au-delà ? 

Ludovic Fery

Pour en savoir plus : www.bulletins-electroniques.com & www.rhodia.com

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur