Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Stratasys pénètre le marché de l’impression 3D métal

| | | |

Par publié le à 10h59

Stratasys pénètre le marché de l’impression 3D métal

Spécialisé dans l’impression 3D polymère, le fabricant américain Stratasys a annoncé se lancer dans l'impression 3D métal. Une tendance qui se répand dans le monde de la fabrication additive. 

Stratasys se lance sur le marché dynamique de l’impression 3D métal. Le pionnier américain, spécialisé depuis 30 ans dans la fabrication additive polymère, a annoncé le lancement d’une nouvelle imprimante 3D métallique. Celle-ci sera dévoilée fin avril, lors du salon Rapid+TCT de Forth Worth, au Texas. «Nous sommes très heureux d’annoncer le développement de cette nouvelle plateforme de fabrication additive qui cible des applications de production en petite série pour diverses industries. Notamment l’automobile, l’aérospatial, la défense, l’usinage et les fonderies de métaux&;», a déclaré le PDG de Stratasys, Ilan Levin, à l’occasion de la publication des résultats annuels de l’entreprise, fin février.

Développée en interne ces dernières années, cette nouvelle imprimante 3D, qui devrait s’appuyer sur la technologie d’impression Polyjet, sera compatible avec les poudres métalliques usuelles comme l’aluminium. Elle doit permettre «d’étendre significativement nos marchés sur le long terme et fournir à nos clients un moyen efficace de réaliser les avantages de la fabrication additive pour les applications de la métallurgie des poudres», précise le PDG dans un document diffusé à l'occasion de ce lancement.

Un rendez-vous donné en avril

Estimé à 12 milliards de dollars en 2028, contre 3 milliards cette année, selon le cabinet IDTechex, le marché de l’impression 3D métal attise les convoitises. En 2017, Prodways, la filiale du groupe français Gorgé, annonçait le développement d’une imprimante 3D capable de fabriquer des pièces métalliques XXL. En titane notamment. Le fabricant américain HP a également fait part de son intérêt pour ce secteur du marché et devrait présenter le fruit de ses études en avril prochain. Dans son rapport «Printing of Metals 2018-2028 », le cabinet américain IDTechex attribue cet intérêt aux capacités de cette technologie à réaliser des pièces finales, et non plus des prototypes.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur