Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

STMicroelectronics se positionne sur les objets connectés avec le nouveau Cortex-M7 d'ARM

| | | | | |

Par publié le à 13h20 , mise à jour le 25/09/2014 à 14h16

STMicroelectronics se positionne sur les objets connectés avec le nouveau Cortex-M7 d'ARM

STMicroelectronics vient d'annoncer la sortie d'un nouveau microcontrôleur, le STM32 F7, basé sur la nouvelle microarchitecture Cortex-M7 de ARM. Ses performances sont pratiquement doublées par rapport à celles de son prédécesseur, ce qui en fait un intermédiaire entre microcontrôleurs classiques et microprocesseurs d'entrée de gamme. L'enjeu ? Repousser les limites des systèmes embarqués et des objets connectés tout en conservant une simplicité maximale pour leurs fabricants.

 

L'entreprise ARM, spécialiste de la conception de microarchitectures électroniques, vient de dévoiler son nouveau processeur, le Cortex-M7, qui vient compléter ajouter un modèle très haute performance à la gamme des Cortex-M3 et M4. Avec une finesse de gravure équivalente de 90 nm, le M7 atteint un score de 1 000 CoreMark (le benchmark de référence pour les systèmes embarqués) en étant cadencé à 200 Mhz, là où le M4 n'atteint que 608 (à une fréquence inférieure, le M4 ne pouvant dépasser 180 MHz).

C'est sur la base de ce nouveau cœur que l'entreprise franco-italienne STMicroelectronics a conçu ses STM32 F7, une nouvelle génération de microcontrôleurs présentés comme des alternatives à la transition vers l'utilisation de microprocesseurs (typiquement basés sur des Cortex-A), plus puissants, mais nécessitant un système d'exploitation plus complexe à gérer (type Android) au lieu d'un système d'exploitation temps réel (RTOS). Le but étant d'éviter d'avoir à faire tourner une cafetière sous Linux juste pour pouvoir lui fournir une interface visuelle moderne.

STMicroelectronics a été, au même titre que les américains Atmel et Freescale, l'un des "leading partners" d'ARM pour la mise au point du Cortex-M7. En d'autres termes, le leader européen des semi-conducteurs a activement participé à la conception du processeur. Non sans raison : ST a connu beaucoup de succès avec sa famille de produits STM32 basés sur les générations précédentes de Cortex-M. La division microcontrôleurs standards représente à elle seule près de 10 % du chiffre d'affaires global du groupe, et du côté d'ARM, il s'est vendu 2,9 milliards de Cortex-M en 2013.

STMicroelectronics a d'ailleurs fait son possible pour faciliter le passage du STM32 F4 au F7, sans nécessiter la mise en place de nouvelles ressources ou de nouvelles compétences chez les clients. La consommation énergétique du F7 est comparable à celle de son prédécesseur (7 CoreMark/mW en mode Run). La puce est également compatible physiquement car elle dispose du même nombre de broches. Et du code conçu pour le F4 tournera sur le F7 sans problème.

Plus de puissance pour les objets connectés

Avec ces nouveaux microcontrôleurs, STMicroelectronics cible des clients dans des domaines allant des systèmes embarqués (notamment l'automobile) à l'industrie (robotique), et les objets connectés (électroménager, hubs de capteurs domotiques, équipement hi-fi, mais aussi petits drones et wearable tech).

Et les applications permises par cette augmentation de puissance sont nombreuses : gestion de l'affichage, du contrôle tactile, de la connectivité, de la position GPS (par calcul de virgule flottante à double précision), reconnaissance vocale et gestion audio (grâce à ses capacités doublées de traitement du signal par rapport au M4)... Le M7 repousse la limite des usages des microcontrôleurs, et compte sur sa simplicité d'implémentation (au travers notamment de la plate-forme mbed) et son vaste support par les fournisseurs d'outils de développements (y compris désormais MatLab, mais aussi Java et µC) en plus des propres outils d'ARM (Keil MDK, CMSIS) pour accélérer son adoption par les développeurs. STMicroelectronics travaille par exemple déjà avec Vestec sur une solution de reconnaissance vocale basée sur son architecture F7 et semble convaincu de son futur succès.

Des échantillons sont déjà disponibles pour ses principaux partenaires, et la production est prévue pour le début du deuxième trimestre 2015. L'entreprise n'oublie par ailleurs pas le mouvement "maker", et offrira à terme le STM32 F7 sur une carte Nucleo dans un de ses kits de découverte. Le premier modèle du STM32 F7, le 756NG, sera présenté sur le stand de STMicroelectronics lors du salon ARM TechCon qui aura lieu à Santa Clara (Etats-Unis) du 1er au 3 octobre prochain.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur