Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Solar Impulse : l'avion solaire a atterri à Rabat

| | | | |

Par publié le à 14h05

Solar Impulse : l'avion solaire a atterri à Rabat

Il est passé par ici, il repassera par là...Solar Impulse, qui vient d'accomplir son premier vol intercontinental avec escale en réalisant un Madrid-Rabat fait à nouveau parler de lui.

Après une première étape à Madrid, où il était arrivé dans la nuit du 24 au 25 mai, l'avion Solar Impulse, venu de Suisse grâce à la seule énergie du soleil, a atteri hier à Rabat au Maroc, après un peu moins de 20 heures de vol. Il devrait repartir dans quelques jours pour Ouarzazate. Un périple à suivre en direct sur le site Internet dédié à ce premier périple intercontinental de l'avion solaire, avant un tour du monde prévu en 2014.

12 000 cellules photovoltaïques et 400 kg de batteries lithium-polymère  

Dotés d'ailes photovoltaïques, ce concentré de technologies, voulu par le milliardaire suisse Bertrand Piccard, a nécessité plus de sept ans de développement, avec de nombreux partenaires. Altran a par exemple participé au projet en développant, notamment, un simulateur exploitant 5 000 paramètres (dimensions de l'avion, poids du pilote, rendement des cellules photovoltaïques...). Entièrement propulsé par énergie solaire, transformée par ses 12 000 cellules photovoltaïques en silicium monocristallin, Solar Impulse utilise 400 kg de batteries lithium polymère (sur une masse totale de 1 600 kg).

Avec une envergure de plus de 60 mètres, Solar Impulse a les dimensions d'un gros porteur. Mais aussi la finesse d'un planeur (un cockpit d'un mètre de large, des ailes d'une quarantaine de centimètres d'épaisseur) et les moteurs d'un scooter (12 CV). Ses ailes balaient une amplitude de plus de 1 mètre . « Il nous a fallu fixer des cellules photovoltaïques rigides sur un support déformable. Le défi technologique consistait à ne pas briser les connections une fois en vol », résume Claude Michel, responsable du partenariat avec Solar Impulse chez Solvay. La société chimiste belge a travaillé sur le projet pour fournir les matériaux adéquats.

Prochaine étape : le tour du monde

Ces matières plastiques ont réduit le poids de Solar Impulse à 1,6 tonnes. Mais c’est dans l’encapsulation des cellules photovoltaïques qu’elles ont été décisives. Assemblées par plaques de 3 m², les cellules en silicium monocristallin de Sun Power (au rendement de 22 %) ont été emprisonnées dans des couches plastiques développées par Solvay. Ce sont elles qui encaissent les déformations.

Un autre avion, plus spacieux et dotés de batteries et de moteurs innovants, devrait être prêt en 2013, pour un tour du monde sans escale l'année suivante.

Thomas Blosseville, avec Muriel de Vericourt

Pour en savoir plus : lisez l'article dédié au Solar Impulse dans Industrie et Technologies, de juin 2009.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur