Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Solaire : une centrale sur rails en construction

| | |

Par publié le à 12h01

Solaire : une centrale sur rails en construction

En pivotant autour de la tour, les panneaux peuvent réfléchir le gros du rayonnement solaire tout au long de la journée

Des ingénieurs espagnols étudient la possibilité de placer les panneaux réfléchissant sur des rails pour maximiser le rendement des centrales solaires à concentration.
 

Le Centre Technologique Avancée des Energies Renouvelables (CTAER), en Espagne, explore une nouvelle possibilité pour engranger un maximum de rayons solaires avec un minimum de panneaux. En construction depuis le début 2012 dans le désert de Tabernas, sa centrale solaire thermique d'expérimentation alignera des panneaux réfléchissant montés rails. Disposés de manière concentriques autour de la tour, ils pourront ainsi optimiser leur placement face à la course du soleil. D’après les simulations du CTAER, la production globale d’une telle centrale à géométrie variable serait dopée de quelque 17% par rapport à une centrale classique.

 

Le concept de centrale solaire à géométrie variable détaillé en vidéo (en espagnol).

La technologie du solaire thermique consiste à concentrer les rayons solaires, via des surfaces réfléchissantes, pour chauffer un fluide. Ce fluide chauffe ensuite de la vapeur et entraine une turbine couplée à un générateur électrique. Dans ce type de centrales, très dépendantes d’un ensoleillement direct, l'orientation optimale des surfaces réfléchissantes est capitale.


Des systèmes de « tracker » - une motorisation bi-axiale de chaque panneau – gèrent déjà cette orientation en temps réel. Mais le caractère fixe des panneaux empêche encore de capter la totalité du rayonnement à certaines heures. Le système de rails imaginé par le CTAER pourrait donc compléter le dispositif à condition que les coûts d’entretien restent limités. Essais à suivre…

Hugo Leroux

Le site du CTAER

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur