Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Sido 2017 : Un mannequin intelligent qui s’adapte à toutes les morphologies

| | | | | |

Par publié le à 11h25

Sido 2017 : Un mannequin intelligent qui s’adapte à toutes les morphologies

Taille 34 ou 48 ? Peu importe. Avec un seul et même mannequin, Euveka permet de réaliser des vêtements à la taille exacte que ce soit pour le prêt-à-porter, le médical, le sport ou encore l’armée. Il a été présenté lors du Sido 2017 à Lyon. 

Un mannequin intelligent a été présenté lors du salon des objets connectés Sido de Lyon par la société Euveka. Il s’adapte à de nombreuses morphologies – de la taille 34 jusqu’à la 48 – pour permettre de créer des vêtements sur mesure. La société a travaillé en collaboration avec en collaboration avec les étudiants de quatrième année d’Ecole d’ingénieur INP Esisar de Grenoble et des sociétés dans le domaine de la haute couture, du sport, du médical ou encore avec l’armée. Elles seront les premières à disposer du mannequin intelligent. Dix exemplaires seront commercialisés cette année. 

« Nous ne pouvons pas donner les détails exacts de la technologie », nous explique Manon Wong, gestionnaire finance et commerce d’Euveka. Et ce malgré les nombreux brevets déposés. On saura juste que  « ce mannequin regroupe huit disciplines technologiques ». 100 % made in France, il dispose d’une housse en tricotage 3D anti tâche et antistatique. En-dessous de cette housse, une couche de silicone permettant de représenter la mollesse de la peau. « Le changement de taille se fait grâce à la mécanique », précise la représentante d'Euveka. Il n'y a donc pas de modification par gonflement ou pression.

S’adapte aux corps vieillis pour le médical

Grâce à un logiciel développé par la société, il est possible d’agir sur le mannequin : barèmes corps, vêtement, etc. La précision se fait au millimètre. « Grâce à ses capteurs intégrés, on peut également connaître la pression que réalise un vêtement sur le corps d’une personne selon sa morphologie », continue Manon Wong. « Pour le médical, nous sommes au millimètre mercure. Les demandes de certains groupes pharmaceutiques sont très spécifiques. » Il est par exemple possible de travailler sur une forme de corps « vieux » disposant d’un dos bombé, ou des morphologies liées aux différentes cultures, comme un corps fin et long que l’on peut retrouver dans les pays asiatiques.

Pour le moment, le mannequin ne possède ni bras, ni jambes. Ces dernières sont en cours de développement.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur