Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Sescoi fête ses 20 ans

| |

Par publié le à 16h31

L'éditeur français spécialisé dans la FAO, qui fait jeu égal avec les plus grands, vient de célébré ses 20 ans. L'occasion de faire le point avec Bruno Marko son président et fondateur.


Cap sur le Beaujolais cette semaine, puisque le siège social de Sescoi est resté sur son lieu de naissance, Macon, lieu d'où la société a su se bâtir une réputation internationale dans le domaine de la FAO. Mais revenons aux origines.

Nous sommes en 1987, Bruno Marko, cadre commercial ayant dérivé vers l'informatique, a déjà une carrière industrielle bien remplie puisqu'en une petite vingtaine d'années il est passé par des entreprises aussi réputées que Corning Glass tant en France qu'aux USA, le sous-traitant automobile Sema repris par Neiman, pour finir par Renault. Sa solide formation technique et commerciale, complétée par un bon bagage en informatique, issu d'une formation longue chez IBM du temps où il travaillait pour Corning Glass, ainsi qu'un goût prononcé pour les langues et les voyages, en on fait un chef de projet informatique recherché. Pourtant, la quarantaine juste passée, la volonté de voler de ses propres ailes est plus forte. Il veut créer sa propre entreprise pour mettre en œuvre ses propres idées.

« J'avais remarqué que le marché était demandeur d'outils de gestion de projets et de production, mais que l'offre en ce domaine était quasi inexistante. Alors j'ai créé la Société Européenne Spécialisée dans la Communication et l'Organisation des domaines Informatiques. Sescoi, c'est quoi ?, me disait-on à l'époque. C'était un outil de gestion de production qui portait déjà en lui les gênes de ce qui deviendra quelques années plus tard WorkPlan. Je le développais la nuit et le vendais dans la journée. Mais en démarchant les services techniques des entreprises, je me suis aperçu qu'il y avait aussi un besoin criant d'outils de FAO pour préparer et piloter l'usinage de moules sur les machines-outils à commande numérique. Alors avec Gérard Billard, un ancien collègue de Sema, spécialiste de la CFAO, nous avons développé WorkNC et mis en sommeil WorkPlan  ».

Des clients accro à la FAO

L'une des originalités de ce logiciel de FAO pour le fraisage 3 axes était qu'il tournait à la fois sous VMS de Digital et sous MS-DOS. « C'est cette dernière spécificité qui nous a permis de décoller. Nous pouvions avec un micro-ordinateur Compaq 386 transportable, une douzaine de kilos, nous rendre directement chez les clients pour leur faire des démonstrations. La performance du logiciel faisait le reste. Ainsi chez Salomon nous avons pu préparer le moule d'une fixation, qui comportait pas moins de 225 surfaces, dans la journée, alors que les préparateurs y passaient au moins un mois et demi auparavant. Nous avons eu du mal à repartir le soir avec notre machine et notre logiciel, car ils voulaient les mettre en production immédiatement. Nous avons convaincu de la même manière de grands moulistes comme Jaud ».

WorkNC et Sescoi étaient lancés. Une aventure qui s'est poursuivie par la création de filiales aux USA (1991) ; en Allemagne et au Japon (1995) ; en Grande-Bretagne (1997) ; en Espagne (2002) ; en Inde (2003) ; et tout récemment en Chine. Filiales dirigées par des spécialistes locaux, qui pilotent un réseau d'une cinquantaine de distributeurs à travers le monde. La base installée comporte plus de 7 000 licences industrielles en services chez 5 000 clients. Le chiffre d'affaires dépasse maintenant les 20 millions d'Euro, dont 15 % sont réalisés en France. L'Europe représente 56 % des ventes, l'Asie 26 % et l'Amérique 18%.

Cette progression a été confortée par les acquisitions des éditeurs français Xitron Software en 2001, puis Mecasoft Industrie en 2002, qui ont débouché sur WorkNC-Cad et WorkNC-Cad Solid, des outils de CAO très orientés vers les outilleurs. De son côté, WorkNC a su aussi traiter les usinages 5 axes dès 2003. Une prospérité qui a permis à Bruno Marko de revenir vers les outils de gestion de production en relançant WorkPlan en 2006, un outil de gestion à l'affaire très orienté vers les PME du moule et de l'outillage. Ce dernier a été complété en 2007 par l'arrivée de MyWorkPlan, une solution de gestion de projets très rapide à mettre en place et simple à utiliser.

L'ERP pour PME mécanicienne

Après le passé parlons du présent. L'actualité de Sescoi c'est le lancement de WorkPlan Enterprise. « Nous avons décidé de rebâtir notre offre ERP métier pour la gestion à l'affaire autour de MyWorkPlan qui utilise le noyau MySQL. Les utilisateurs ont ainsi accès des fonctions de gestion de devis, d'achats et de stocks ; de suivi de fabrication et de planning ; de suivi commercial ; de gestion des temps et de la qualité. Ce logiciel est conçu pour s'adapter aux méthodes de travail à l'affaire déjà en place dans l'entreprise et non l'inverse. Nous l'avons voulu très rapide à installer et à paramétrer, ainsi que facile à utiliser, tout en étant très complet. Ainsi de nombreux modèles de documents paramétrables sont proposés. De même, toutes les données relatives à une affaires ou à un objet sont visualisables d'un seul coup d'œil dans le navigateur. Enfin, il est très communicant, tant avec les outils de bureautique que les systèmes de comptabilité et de paye, voire d'autres outils d'ERP en service dans l'entreprise ».

La sortie de WorkPlan Enterprise ne veut pas dire que le WorkPlan traditionnel va disparaître immédiatement. « Nos clients vont déjà recevoir gratuitement la nouvelle version au titre de la maintenance. Nous ferons avec eux une étude de leur existant et l'évaluation de l'effort nécessaire pour transférer leurs données, nous les aiderons à paramétrer le nouveau système et à former leurs personnels. Nous nous donnons au minimum deux ans pour effectuer avec eux ce processus de migration », rassure Catherine Marko, directrice de la filiale France de Sescoi. C'est certes un effort pour les utilisateurs, mais il devrait être largement payé par des temps de traitement nettement plus courts, une plus grande souplesse grâce à la nouvelle base de données MySQL et une interface plus ergonomique, ainsi qu'avec l'arrivée de nouveaux outils d'analyse et de multiples options de personnalisation.

Intégrer du savoir-faire métier

Du côté du futur, Sescoi devrait présenter dans l'année un viewer collaboratif qui se différenciera des multiples outils existants par l'intégration de savoir-faire métier. « L'utilisateur saura par exemple dès l'apparition du modèle récupéré d'une CAO quelconque tous les problèmes qui vont se poser pour l'usinage », confie Bruno Marko. De son côté, WorkNC-Cad Solid devrait à court terme être capable de traiter des modèles hybrides (solides et surfaces). Enfin, Sescoi qui est très axé sur la filière automobile va faire un effort significatif dans les domaines aéronautique, médical, prothèse et mécanique générale. Des efforts qui pourraient aller jusqu'à la présentation de versions dédiées des outils de CFAO et de gestion. Notons d'ailleurs que Sescoi travaille aux côtés du Cetim de Saint-Étienne sur les plates-formes UGV 5 axes dédiées au médical et à la mécanique de précision.

Bref, le Sescoi nouveau est arrivé ... avec quelques semaines d'avance sur l'illustre breuvage local. Souhaitons-lui le même succès.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.sescoi.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 26 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur