Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Cette peau électronique fonctionne comme une boussole

| | | | |

Publié le à 10h52

Cette peau électronique fonctionne comme une boussole

En Allemagne, des chercheurs ont produit une peau électronique connectée sensible capable de détecter le champ magnétique terrestre et donc de repérer les points cardinaux à la manière d’une boussole.

Un sixième sens artificiel pour détecter le champ magnétique terrestre : c’est la dernière invention d’une équipe de recherche de l’institut Helmholtz-Zentrum de Dresden-Rossendorf, en Allemagne. Il s’agit d’une minuscule peau électronique connectée (ou e-peau) d’une centaine de nanomètres d’épaisseur, malléable et ultra-légère, à base de matériau ferromagnétique : collée sur un doigt, elle se transforme en boussole ou encore en télécommande bionique.

Des fonctionnalités en or

Nous l’avons fabriquée avec un alliage de nickel et de fer, appelé permalloy, que nous avons enduit d’or”, détaille Gilbert Santiago Canon Bermudez, auteur principal de la publication parue en novembre dans Nature Electronics. “Ce sont les motifs d’or qui rendent cette bande particulièrement sensible au champ magnétique de la Terre, mille fois inférieur à celui des magnets de frigo, souligne le chercheur. Et pour obtenir les mêmes renseignements qu’une boussole de référence, nous mesurons la résistance électromagnétique de l’e-peau, qui varie avec la direction vers laquelle pointe le doigt.” En effet, selon son orientation dans le champ magnétique ambiant, la structure atomique du matériel est modifiée, simplifiant ou rendant plus difficile le flux des électrons : “La résistance est la plus élevée quand on est tourné vers le nord, à son minimum lorsqu’on s’oriente vers le sud, et quelque part entre ces deux extrêmes si on se dirige ailleurs. Un ordinateur trace ce signal et indique le sens de la navigation.” Des études futures viseront l’autonomie en intégrant le système de traitement sur une puce. Si l’appareil s’avère pratique pour le routard, son autre application s’apparente au monde du gaming : “Ici, les mesures sont codées par un logiciel et traduites via un script Python en des rotations précises qui orientent le personnage.” Cela a permis de contrôler un panda virtuel qui s’avance ou s’éloigne, respectivement, si l’on bouge la main vers la gauche ou la droite devant l’écran.

Intissar El Hajj Mohamed

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur