Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

SemWeb.Pro 2012 : le Web sémantique sort des laboratoires

|

Par publié le à 10h46

SemWeb.Pro 2012 : le Web sémantique sort des laboratoires

Le Web du futur

Comment faire évoluer le Web pour que les données disponibles soient plus facilement utilisables et interprétables automatiquement par des agents logiciels ? C’est le but du Web sémantique. La conférence SemWeb.Pro a permis de faire le point sur les avancées de cette démarche à travers les premières applications industrielles.
 

SemWeb.Pro, conférence francophone créée à l'initiative de Logilab, a montré que le Web sémantique entre dans la voie de la démocratisation. Les technologies sont disponibles et les premières applications, bien qu’encore jeunes, sont là.

Rappelons que le Web sémantique est un ensemble de technologies développé par le W3C (l'un des principaux organismes de normalisation du Web) visant à faciliter l'exploitation des données structurées, notamment en permettant leur interprétation par des machines.

Cette seconde édition, qui s'est tenue à Paris, les 02 et 03 mai, réunissait des acteurs multiples : experts, chercheurs, dirigeants d'entreprises, institutions, associations, développeurs, ou industriels autour d'un axe commun, les applications pratiques du Web Sémantique.

« Comme il est inimaginable aujourd'hui d'avoir des pages Web sans lien entre elles, les données exploitées dans les entreprises et les institutions publiques s'appuieront bientôt sur des jeux de données interdépendants, partagés et publiés sur Internet », estime Nicolas Chauvat, fondateur de Logilab et organisateur de l'événement.

Pour appréhender la manière dont le Web Sémantique fait évoluer les nouveaux usages Internet, SemWeb.Pro s'appuie sur les résultats concrets issus de la R&D d'entreprises et d'universités, tels que Google, Ericsson, l'Université de Sheffield, l'INRIA, etc. et les applications de Web Sémantique, en adéquation avec les principes et standards d'ouverture et d'interopérabilité normalisés par le W3C.

Les premières applications

Logilab a présenté une introduction au Web sémantique pour aborder les bases, les termes techniques et les acronymes liés, ainsi qu'un état des travaux en cours. La première journée offrait un cycle de conférences, dont une partie dédiée aux outils et contenus, et à leurs utilisations.
Elle a été illustrée par des usages concrets qui ont démontré l'impact et les bénéfices du Web Sémantique en entreprise. Avec la participation de Renault, et celle des organismes culturels, Bibliothèque Nationale de France (BNF) et Centre Pompidou, SemWeb.Pro a donné à voir trois retours d'expérience dans leur contexte propre, avec leur souhait commun de faciliter l'accessibilité de leurs données. (Voir les présentations)

Une table ronde sur l'ouverture des données publiques, a permis notamment de faire un retour sur le lancement de data.gouv.fr, sous l'angle technique du Web sémantique, de s'interroger sur la société civile numérique, et la réutilisation du savoir, de l'information et des données publiques.

La seconde journée consacrée à des tutoriels et ateliers a présenté la technologie RDFa, recommandée par le W3C, ou encore expliqué les modèles RDF et le langage de requêtes SPARQL.

« SemWebPro accompagne l'implantation de cette révolution au sein des organisations en réunissant utilisateurs et experts français du Web sémantique. Le pragmatisme des intervenants, la sincérité des retours d'expérience, la richesse des présentations et la qualité des échanges ont contribué à faire de cette édition 2012 un succès et nous ont donné l'envie de travailler dès à présent à l'organisation d'une édition 2013 », conclut Nicolas Chauvat.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.semweb.pro/
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur