Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Sécurité : Quand les tissus intelligents sonnent l’alarme

| | | |

Par publié le à 23h05

Sécurité : Quand les tissus intelligents sonnent l’alarme

Le textile abrite un maillage de câbles et une puce qui donnent l'alerte à la moindre intrusion

Des chercheurs allemands ont développé un système antivol reposant sur un tissu qui sonne l’alarme lorsqu’il est découpé par des cambrioleurs. Fabriqué par un procédé de tissage classique, ce textile "intelligent" pourrait conquérir des applications dans la protection des bâtiments.

 

Voilà un tissu qui va donner du fil à retordre aux cambrioleurs. Derrière son look anodin, il abrite un réseau de câbles conducteurs reliés à un microcontrôleur. A la moindre coupure, ce dernier émet un signal d’alerte. Mieux : il est capable de rapporter l’endroit de l’intrusion au centimètre près.

L’innovation est née d’une collaboration entre le Fraunhofer Institute for Reliability and Microintegration (IZM), l’Université Technique de Berlin et la société spécialisée en textiles techniques ETTLIN Spinnerei und Weberei Produktions. Breveté par cette dernière, le textile ''intelligent'' pourrait renforcer les dispositifs de sécurité « partout où il faut surveiller une surface étendue » : musées, bâtiments sécurisés, coffres-forts de banques, camions de marchandises, etc.

Des procédés déjà éprouvés

Principal avantage de ce système: son faible coût. Alors que les systèmes anti-intrusion concurrents reposent sur complexe maillage de fibres optiques,  ce tissu s’appuie sur des matériaux plus communs - câbles d’argent et substrat en polyester. « Ceux-ci peuvent être mis en œuvre dans un procédé de tissage classique », souligne Erik Simon, coordinateur du projet à l’IZM. Avec un autre avantage collatéral : la possibilité de dimensionner et personaliser le textile à volonté.

Pour relier le réseau conducteur au module de traitement de données, les chercheurs ont transposé au textile des procédés répandus dans le domaine des semi-conducteurs, comme le collage sous pression (adhesive pressure bonding) et le soudage non destructif.  En misant sur des procédés déjà existants, ils espèrent ainsi accélérer le passage à la production industrielle.

Hugo Leroux

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur