Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Sea Bubble, le taxi flottant fait ses premières gammes

| | |

Par publié le à 14h26

Sea Bubble, le taxi flottant fait ses premières gammes

le Sea Bubble exposé au salon Viva technologies

Le Sea Bubble est testé cette semaine pour la première fois à Paris sur la Seine. Ce taxi atypique est aussi une attraction du salon VivaTech.  Il s’agit d’un bateau qui sort de l’eau en prenant de la vitesse, flottant sur des patins immergés, conçu par Alain Thebault, navigateur à l'origine de l’hydroptère, dont le Sea Bubble partage le concept de base. Le but du fondateur de la start-up du même nom ? Faire de ces bulles flottantes des taxis qui pourraient participer à réduire les embouteillages des grandes villes.

Il s'agit à la fois d'une innovation technologique et de service. Si cette étrange bulle flottante, qui semble voler à quelques centimètres de l'eau, fait parler d'elle depuis plusieurs années, elle passe cette année du statut de la feuille de papier à celle d'expérimentation grandeur nature. Cette semaine, des parisiens, dont la maire de Paris, ont pu tester l'engin.

Sa particularité ? Reposer sur deux foils, qui lui permettent de s'élever sur les flots à partir d'une vitesse très faible, de 6 à 9 km/h. "C'est le bateau qui décolle le plus lent du monde", explique Antoine Bluy, responsable du business developpement dans la start-up du même nom que le bateau. Un atout nécessaire pour naviguer en milieu contraint par les réglementations, comme sur la Seine en plein coeur de Paris, qui limite la vitesse à 12km/h. Le foil ? C'est cette innovation, pourtant agée de plusieurs dizaines d'années, que l'on a vu se démocratiser à l'occasion du Vendée Globe 2016, mais qui a été popularisée par Alain Thébault, co-fondateur de Sea Bubble, avec l'hydroptère. L'hydroptère, en battant des records de vitesse, montre qu'un bateau peut ainsi être stable. Les foils permettent de déjauger la coque grâce à la poussée verticale qu'ils développent. Les foils sont basés sur le même principe de portance dynamique que celui qui permet aux ailes d’un avion de le faire décoller. Résultat ? Le Sea Bubble semble littéralement voler sur l'eau mais repose pourtant bien sur deux foils, un à l'avant et un à l'arrière, propulsé par deux hélices.

En se déplaçant ainsi, le Sea Bubble ne fait pas de vagues et assure un confort supérieur aux bateaux classiques, plus proches de l'eau. Entièrement électrique, le Sea Bubble a aussi pour avantages de ne pas faire de bruit, et de ne pas polluer en fonctionnant. La start-up prévoit de commercialiser le bateau à partir de 2018. Il pourra être utilisé sur la Seine, comme un taxi, pour embarquer un pilote et quatre passagers. Des pontons pourront permettre aux bateaux de se recharger par induction. Une expérimentation du service sera effectuée à partir de septembre 2017.

 

 

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur