Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Salon du Bourget : Patroller, le drone couteau suisse

| |

Par publié le à 08h39

Salon du Bourget : Patroller, le drone couteau suisse

Le drone Patroller de Sagem peut voler jusqu'à 24 h sans discontinuer.

Le salon du Bourget, qui se tient au Parc des expositions du 19 au 25 juin pour la 52e édition, réunit l’ensemble des acteurs de l’industrie de l'aéronautique et de l'espace autour des dernières innovations technologiques. Et parmi elles, des drones, dont la rédaction d'Industrie & Technologies vous a concocté une petite sélection. Aujourd'hui, le drone à tout faire de Sagem.

C’est un poids lourd des missions de surveillance terrestre comme maritime. Le Patroller de Sagem (Safran) est un système de drone tactique multi-senseurs, capable de voler 24 h en embarquant avec lui près de 250 kg de charge utile. Son atout : la discrétion. Ce drone est équipé d'un moteur central avec un échappement dirigé vers le ciel. Ce qui atténue sa signature infrarouge, et lui permet d’émettre moins de bruit. Utile pour des missions de surveillance !

Module anti-collision

Il offre aussi une importante modularité. Le drone peut intercepter et localiser des radiocommunications sur des théâtres d’opération, mais aussi identifier des bâtiments suspects en mer, ou aider à prévenir les catastrophes naturelles... Sagem a conçu un système évolutif multi-senseurs, adapté à chaque mission. Il peut ainsi être équipé de deux réservoirs supplémentaires, d'un radar à ouverture synthétique (SAR), d'un radar maritime, d'un télémètre laser, d'un désignateur laser, de capteurs de renseignement ou de guerre électronique (comint, elint). Ses concepteurs l’ont également équipé d'un module anticollision qui lui permettra de s'insérer dans l'espace aérien civil.

Le Patroller décolle et atterrit de façon automatique sur des distances inférieures à 600m et ne nécessite donc pas de dispositif de freinage spécifique. Ce qui lui permet d’être déployé dans n’importe quel aéroport. Sa cellule en composite, certifiée AESA (Agence européenne de la securité aéreinne), très robuste, est dotée d'un train d'atterrissage automatique qui lui permettent de se poser sur une piste herbeuse ou plus sommaire.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur