Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Salon de Genève : Goodyear ajoute de l'intelligence artificielle et une peau bionique autoréparante à son pneu sphérique

| | |

Par publié le à 17h38

Salon de Genève : Goodyear ajoute de l'intelligence artificielle et une peau bionique autoréparante à son pneu sphérique

La structure alvéolée du pneu Goodyear Eagle 360 Urban lui permet de s'adapter à n'importe quelle surface.

Rond comme un ballon et doté d’une structure en nid d’abeilles, le pneu du futur de Goodyear est doté d’intelligence artificielle. Il peut décider, se modifier, interagir avec son environnement et surtout, se réparer. 

L’année dernière, au salon de Genève, Goodyear avait fait sensation avec son concept de pneu « Eagle 360 », une sphère multi-directionnelle pour les véhicules autonomes. Un an après, même salon, le manufacturier revient avec l’évolution de ce pneu sphérique, le Eagle 360 Urban. Goodyear a ajouté une peau bionique et une surface qui se transforme : « le pneumatique fera partie du système nerveux du véhicule et du monde connecté de l’Internet des objets ».

Plus précisément, la « peau bionique » est composée d’un réseau de capteurs permettant de contrôler son propre statut et de recueillir les informations sur son environnement, comme l’état de la route. Connecté aux autres véhicules, aux infrastructures et aux systèmes de gestion de la mobilité, le pneu reçoit en temps réel toutes les informations nécessaires à la bonne circulation d’un véhicule.  Il est doté d’intelligence artificielle lui permettant de choisir l’action la plus appropriée selon les conditions environnementales mais également d’apprendre de ses actions antérieures.

L’élasticité d’une peau humaine

Le revêtement du pneu, cette « peau bionique » est faite de polymères super-élastiques lui offrant une flexibilité « similaire à la peau humaine » précise Goodyear. La couche recouvre un matériau en mousse flexible mais suffisamment solide pour supporter le poids d’une voiture. Les mécanismes sous la surface du pneu permettent aux composants de changer de forme par impulsions électriques (comme le fonctionnement des muscles humains). Ainsi, des alvéoles peuvent apparaître sur routes humides, ou se rétracter pour laisser une surface lisse sur route sèche.

De plus, ce pneu peut s’auto-réparer : si la peau est endommagée, les capteurs localisent le problème. Le pneu pivote pour que l’endroit abîmé ne soit pas en contact avec la route et débute son auto-réparation. Cette dernière est réalisée grâce à des matériaux conçus pour s’écouler à travers la perforation. Goodyear précise : « ils réagissent physiquement et chimiquement entre eux pour former de nouvelles liaisons moléculaires et fermer la perforation ».

Un véhicule designé pour le pneu

Pour trouver chaussure à son pied, Goodyear a proposé aux étudiants de l’Ecole de design de Valenciennes (59) de concevoir et développer un concept de véhicule sur mesure pour son nouveau pneu. Ces étudiants ont conçu, en collaboration avec les designers de Goodyear, le concept RUBIKA Vision UMOD.

En vidéo, le concept de pneu intelligent et auto-réparateur :

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur