Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Saft s'attaque au stockage d’énergies renouvelables

| | | | |

Par publié le à 16h39

Saft s'attaque au stockage d’énergies renouvelables

Saft abrite son pack de batteries lithium-ion dans un conteneur pour le stockage stationnaire

A l’occasion d’un colloque organisé en prélude au Trophée Andros, Saft et ses partenaires, parmi lesquels EDF et Siemens, ont évoqué les perspectives de l’électro-mobilité, des réseaux électriques intelligents et du stockage stationnaire. I&T revient sur l’ambition de l’industriel français pour ses batteries lithium-ion en matière de stockage d’énergies renouvelables.

Energies renouvelables et véhicules électriques. Deux secteurs dont la croissance pourrait donner des sueurs froides aux gestionnaires de réseaux. En faisant fluctuer la production d’une part et la demande d’autre part, elles risquent de mettre à mal la stabilité du réseau électrique. La possibilité de stocker l’électricité, pour absorber et lisser cet effet ''montagne russe'' sur le réseau, est donc envisagée comme une composante des futurs ''réseaux intelligents'', ou Smart Grids.

Lors d’un colloque organisé vendredi 06 janvier à Nice en prélude au trophée Andros, Saft a réaffirmé son positionnement sur ce marché naissant du stockage stationnaire. Le spécialiste français des batteries lithium-ion (Li-ion) livrera dès janvier des batteries de sa gamme Intensium Max pour stocker respectivement 1 MW et 1,6 MW d’énergies renouvelables à Hawaii et en Arizona

Car la bataille menace de faire rage entre les fabricants de batterie. L’entreprise BYD vient d’ équiper la plus grande station de stockage d’énergie au monde pour le compte de la State Grid Corporation of China, le distributeur d’électricité chinois. Ses batteries Li-ion à base de fer phosphate stockeront ainsi jusqu’à 36 MWh d’électricité d’origine renouvelable produite sur place. La compagnie américaine A123 nourrit également des ambitions pour sa gamme Grid Battery Systems. De son côté, le japonais NGK commercialise depuis 2008 sa technologie à base de soufre et de sodium, qui équipe près de 200 sites au japon.

Le Li-ion convient bien au lissage

« La batterie lithium-ion est capable de délivrer sa charge en quelques minutes », souligne Michael Lippert, directeur de l’unité stockage d’énergie chez Saft. « Il s’agit donc d’une technologie adaptée à des systèmes décentralisés, avec un besoin de déstockage dynamique. Typiquement, elle convient bien au lissage et à l’optimisation des performances de la production d’énergie renouvelable ». 

Au niveau conception, les batteries Intensium Max de Saft agrègent des cellules en parallèle ou en série avec un système de monitoring électronique fin. Le tout est protégé par un conteneur. Chaque conteneur peut ainsi retenir de 400 à 600 kWh d'électricité. Si l’architecture générale est comparable à celle des batteries pour voitures électriques, « les contraintes de sécurité sont différentes », nuance Michael Lippert : « une batterie mobile doit être à l’épreuve des choc. Pour le stationnaire, outre la résistance du conteneur, la tenue aux conditions d’humidité et aux  écarts de température sont davantage pris en compte ».

Les batteries restent encore chères pour s’imposer massivement dans le stockage stationnaire. Lors du colloque organisé à Nice, Saft a ainsi souligné un objectif : passer à la vitesse supérieure, en termes d’industrialisation, pour abaisser coûts de production. 

Hugo Leroux

 
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur