Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Robot d’assistance : l’effet Popeye

| | | | |

Par publié le à 18h05

Robot d’assistance : l’effet Popeye

Le Cobot de RB3D supporte les efforts de l'opérateur.

Le robot collaboratif développé par la société RB3D subit les efforts à la place de l'opérateur qui le maneuvre. Celui-ci peut ainsi se concentrer sur la précision de ses gestes tout en évitant les troubles musculo squelettiques.

Cobot. Pour robot collaboratif. C’est ainsi que la société RB3D, créée en 2001 à Auxerre, a baptisé sa machine d’assistance à l’effort, mis au point en collaboration avec le CEA-List et le Cetim. L’opérateur est toujours là. Il meule, ponce, burine des pièces ou manipule des produits, mais l’effort impliqué par cette activité est pris en charge par le bras d’assistance fixé au dessus de son poste de travail et qu’il dirige par une poignée. Le Cobot annule aussi les vibrations, afin de lutter contre les si tristement connus troubles musculo squelettiques (TMS).

L’homme sert donc de contrôle commande et l’intelligence embarquée dans le bras mécatronique amplifie sa force d’un facteur 1 à 50 (selon les réglages effectués) grâce aux remontées d’informations en provenance d’un capteur d’effort. Le premier client du Cobot (qui ne désire pas se faire connaitre) a été livré en décembre 2011. Un démonstrateur portant un outil de parachèvement de pièces de fonderie devrait rejoindre le CEA durant ce premier semestre. Le Cobot coûte entre 150 000 et 200 000 euros, étude d’implantation et ingénierie de mise en place incluses.
 

                           


Charles Foucault.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur