Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Robot anti-calvitie

| | | |

Par publié le à 23h10

Robot anti-calvitie

Visualisation de la sélection d'un cheveu à prélever par le robot Artas.

La société américaine Restoration Robotics a mis au point un robot qui se substitue au chirurgien pour le prélèvement de cheveux, lors d’une opération visant à contrecarrer une calvitie.

Depuis qu’elle a été présentée, à New-York en 2003, la technique de lutte contre la calvitie dite FUE (follicular unit extraction) se répand dans les cliniques autour du monde. Peu invasive, elle ne laisse aucune cicatrice, d’où son succès. Elle consiste au prélèvement de follicules un par un, dans des zones donneuses (encore pourvues) puis à leur implantation sur les zones chauves. Mais ce prélèvement est long est fastidieux pour le chirurgien, comme pour le patient dont l’anesthésie peut durer plusieurs dizaines d’heures.

Le système Artas, de la société américaine Restoration Robotics, réduit ce temps en automatisant le prélèvement. Les caméras de son bras robotisé analysent chaque follicule de cheveux d’une zone encore pourvue. L’intelligence embarquée définit ceux à prélever en fonction de leur implantation, dans des aires différentes, pour rendre ces prélèvements indétectables après cicatrisation. Le poinçon automatisé récupère ainsi 600 à 700 greffons en une heure, soit trois à quatre fois plus que le ferait un chirurgien entraîné. La greffe sur les parties chauve demeure, elle, manuelle. L’Artas a été validé par la FDA (Food and drug administration), en octobre dernier.

Charles Foucault.


Vidéo du prélèvement de follicules par le système Artas :

                   
 

                          Vision des cameras portées par le bras et de la sélection des follicules à prélever :

                    

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur