Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

RIO + 20 : les ingénieristes veulent repenser la ville

| | |

Par publié le à 23h13

RIO + 20 : les ingénieristes veulent repenser la ville

Montrer le rôle des ingénieristes dans le développement durable

A l’occasion de la conférence mondiale sur le développement durable, la fédération mondiale de l’ingénierie dresse un bilan et met en avant sa vision du futur pour le développement d’éco-métropoles productives.

La fédération mondiale de l’ingénierie (FIDIC) annonce qu’elle contribuera au programme pour le développement de villes économes en ressources (GIREC), lancé le 18 juin par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), dans le cadre de la conférence mondiale RIO + 20.

Les ingénieristes ont profité de cette occasion pour tirer la sonnette d’alarme sur l’urgence des actions à mener pour éviter les dommages irréversibles aux conditions de vie. Ils estiment que le développement des métropoles en est la principale source. Ce sera l’objet de travaux qui seront rendus publics à l’occasion des Rencontres de l’Ingénierie 2012, qui auront lieu le 25 octobre à Paris.

La FIDIC a mené des études sur le développement des métropoles et publie les résultats issus de l’expérience accumulée des ingénieristes à travers le monde [Climate change Fidic policy statement 2012-03-26].

En conclusion de ces travaux, il ressort que les risques liés au changement climatique sont d’une ampleur et d’une complexité beaucoup plus graves que ce qui était attendu. Ils se concentrent essentiellement dans le développement actuel des villes, comme en témoigne le livre blanc d’EFCA-FIDIC Rethink cities, présenté le 13 juin au PNUE en prélude à la conférence de RIO + 20.

La vision des ingénieristes

Les villes doivent notamment faire face à l’accroissement du coût des énergies, aux ressources limitées en eau, aux rejets. Ces travaux estiment qu’il y a donc urgence à trouver des solutions efficaces et préventives en faveur d’un développement de villes économes en ressources.

Pour faire face à ces enjeux, les ingénieristes proposent de repenser la ville en développant :
 

  • une approche plus holistique et systémique de l’espace urbain ;
  • une attention accrue à la programmation et à l’attractivité des villes aux plans social et économique ;
  • une organisation spatiale rénovée ;
  • des systèmes énergétiques urbains performants.

 

Les représentants mondiaux de l'ingénierie

Syntec-Ingénierie
: fédération professionnelle des sociétés d’ingénierie de la construction et de l’industrie, (220 000 emplois ; 36 milliards d’euros de chiffre d’affaires)
EFCA : fédération européenne de l’ingénierie (1,3 millions d’emplois ; 138 milliards d’euros de services d’ingénierie)
FIDIC : fédération mondiale de l’ingénierie (5 millions d’emplois ; 350 milliards d’euros de chiffre d’affaires).

 

Mais des solutions types ou modèles ne seront pas suffisantes. Il faut une vision commune de toutes les parties prenantes, au niveau de chaque ville, sur le pilotage du dynamisme des zones urbaines et des nouveaux investissements qu’elles nécessitent, dans une logique d’économies circulaires. Le succès de ces programmes repose donc sur un travail collaboratif bénéficiant du transfert de connaissances, outils et méthodes que le PNUE favorisera et auquel les ingénieristes apporteront leurs expériences sur le marché international.

Le soutien du Syntec-Ingénierie

En France, le Syntec-Ingénierie soutient le PNUE, particulièrement pour les métropoles où la consommation des ressources urbaines sera raisonnée, les rejets maitrisés et la croissance économique des territoires relancée (emplois, production industrielle et tertiaire), dans une logique de compétitivité et d’attractivité renforcée de la métropole.

La FIDIC et le Syntec-Ingénierie entendent contribuer, à leur niveau, au développement de méthodes et processus que ce programme implique. Le Syntec–Ingénierie soutient en particulier le développement d’une dynamique de synergies dans les programmes et les infrastructures dans une perspective de croissance : l’éco-métropole productive, qui sera au cœur des Rencontres de l’Ingénierie 2012.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.syntec-ingenierie.fr & http://www.unep.org/french/

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur