Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Rififi dans la formation des ingénieurs

| | |

Par publié le à 10h16

Rififi dans la formation des ingénieurs

Les écoles d'ingénieurs vent debout contre la création du réseau Figure.

Alors qu’un certain nombre d’universités viennent de créer Figure, un réseau pour développer une nouvelle formation d’ingénieur, la Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d’Ingénieurs et le Bureau National des Elèves Ingénieurs) s’insurgent contre le manque de concertation en la matière et la confusion que cela risque de créer dans l'esprit des recruteurs.

Voici la réaction de la Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d’Ingénieurs (Cdefi) à l’annonce de la création par plusieurs universités du réseau Figure (Formation à l'Ingénierie par des Universités de Recherche). Une ferme opposition qui est soutenue par Bureau National des Elèves Ingénieurs (BNEI).

La Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d’Ingénieurs (Cdefi) a pris connaissance de la création du réseau Figure (Formation à l'Ingénierie par des Universités de Recherche) visant à développer ‘‘un modèle complémentaire de formations aux métiers de l’ingénieur’’.

La Cdefi souligne que la charte de ce réseau reprend très largement les conclusions du rapport de l’Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (Aeres) de janvier dernier relatif à l’évaluation des formations universitaires aux métiers d’Ingénieurs et à l’endroit duquel la Conférence avait formulé de lourdes critiques. Celles-ci restent inchangées et doivent être rappelées.

En premier lieu, la Cdefi constate, une nouvelle fois, l’obstination à conduire cette réflexion autour des métiers de l’Ingénieur sans y associer le monde professionnel. Elle conteste que des universités seules soient capables de se coopter entre elles en se reconnaissant aptes à former à des métiers sans y associer les milieux professionnels concernés.

La Conférence remarque également que toutes les universités concernées disposent d’une école d’ingénieurs interne. Elle s’étonne donc qu’elles ne tirent pas davantage partie de l’existence des formations d’ingénieurs qui existent en leur sein et dont il faut rappeler que les effectifs ont progressé de 70 % au cours des vingt dernières années.

La Cdefi rappelle que l’Aeres a une mission d’évaluation confiée par l’Etat. Elle n’a pas à intervenir dans l’accréditation de formations. En l’espèce elle se fonderait, de surcroît, sur un référentiel établi par la réunion informelle d’un petit groupe d’établissements qui énonceraient d’eux-mêmes les règles selon lesquelles ils devraient être évalués. Cela apparaît pour le moins incompatible avec la mission de service public de l’Agence. De plus sa mission se cantonne à l’évaluation des formations relevant de diplômes nationaux, ce qui n’est pas le cas ici.

Aussi, la Cdefi prend acte de la création de ce réseau et ce, au mépris du refus de la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche clairement affirmé, en janvier dernier, de ne pas soutenir le développement de ce type de formation. La Conférence considère que cette démarche porte atteinte au dialogue permanent et au respect mutuel que l’ensemble des acteurs de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France (qu’ils soient universités ou écoles) conduisent depuis plusieurs années pour se réformer. La Cdefi en appelle à l’intelligence collective pour qu’il soit mis un terme à une initiative qui, si elle devait être confirmée dans les prochaines semaines, marquerait une volonté manifeste de se positionner contre le titre d’ingénieur diplômé et les écoles qui le délivre. Il s’agirait-là d’une rupture manifeste avec la dynamique de réformes souhaité par le gouvernement et dont il faudrait alors tirer toutes les conséquences.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.cdefi.fr/ & http://www.bnei.org  

Pour accéder au projet de charte de Figure, cliquez ici 

 
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur