Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

[Retour vers le Futur] Quand les ordinateurs faisaient leur entrée dans les usines

|

Par publié le à 06h02

[Retour vers le Futur] Quand les ordinateurs faisaient leur entrée dans les usines

Pendant l'été, Industrie & Technologies vous propose des séances de plongée...dans ses archives, pour redécouvrir des moments clés dans le développement de certaines technologies. Aujourd'hui, voyage en mmersion dans les débuts de l'informatique industrielle.

Pourrions-nous imaginer un environnement de travail sans ordinateurs ? Difficile, aujourd'hui, de se priver de l'informatique tant son usage est devenu indissociable de notre quotidien dans une écrasante majorité de professions. Au début des années 80, son arrivée au sein des entreprises faisait office de véritable révolution dans la production. Dans son numéro de septembre 1983, Industries & Techniques (notre nom d'alors) consacrait un dossier de 10 pages à cette nouvelle vague technologique et détaillait ses nombreux avantages. Le magazine optait pour un titre de couverture sous la forme d’une injonction amusée : « Tôt ou tard, vous viendrez aux micro-ordinateurs ». Aujourd'hui, cela a de quoi faire sourire. Mais à l'époque, l’Hexagone affichait un taux d'équipement très en deçà de ses voisins européens : en 1982, ce sont environ 150 000 ordinateurs, principalement des machines 16 bits, qui ont pris le chemin des entreprises françaises, contre 300 000 pour la Grande-Bretagne et 390 000 pour la République Fédérale Allemande (RFA). Et parmi les secteurs ayant fait l’acquisition de ces nouvelles machines, l’industrie ne représentait un taux d’équipement que de 38 %, contre 62 % pour les applications dans le domaine de la gestion et de l'archivage. Rien de bien glorieux, mais l'engouement pour une production plus informatisée était bien là : « Toutes les entreprises sont touchées par le phénomène micro-informatique, mais à des degrés divers », écrivait notre journaliste.

Les PME en quête de souplesse

Contrairement à ce que l’on peut imaginer, ce sont les PME qui ont accéléré le mouvement. Les entreprises de 20 à 100 salariés représentaient  31% du marché, en nombre, des micro-ordinateurs installées dans l’Hexagone. Les petites et moyennes entreprises montrent donc une forte capacité à intégrer de nouvelles solutions. « Elles sont favorisées en cela par leur structure plus simple, plus souple et par une moindre inertie vis-à-vis des méthodes de travail et des engagements financiers qui en découlent », exposait Industries & Techniques. Depuis ses débuts dans les entreprises, l’informatique a naturellement répondu à un besoin de souplesse et de flexibilité de la production. Avec le recul, nous pourrions dire que c’est essentiellement ce même besoin que nous retrouvons dans l'actuelle transition digitale et l'usine 4.0. Qu’elle s'appuie sur une architecture 16 bits ou qu'elle soit nourrie par les algorithmes de l'intelligence artificielle, l'informatique représente toujours un fabuleux outil afin d'ouvrir des perspectives nouvelles de production...Tôt ou tard, vous y (re)viendrez!

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur