Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Ressusciter les batteries : le procédé MT Régénération

| | | |

Par publié le à 17h53

Ressusciter les batteries : le procédé MT Régénération

La régénrationd es batteries via des ondes électriques modulable ne nécessite pas d'intervention majeures à l'intérieur du système

La récupération des batteries en fin de vie a constitué une préoccupation notable de Pollutec 2011. Présente sur le salon, la société MT Régénération exposait sa solution de régénération des batteries de traction grâce à un courant électrique combiné à des ondes modulables.

Du côté de MT Régénération, on affiche les mêmes ambitions que BSI : donner une seconde jeunesse aux batteries de traction au plomb. Avec l'usage répété, le sulphate contenu dans l'électrolyte des batteries se dépose sur les plaques et réduit leur capacité. « On peut pourtant facilement les régénérer. Il s'agit d'un marché embryonnaire, mais doté d'un énorme potentiel : 200 000 unités en France », estime son fondateur Eric Mosnier-Thoumas.

Si l’objectif est partagé avec son homologue nordiste de BSI, le procédé développé par MT se veut moins copieux. Plutôt qu’un démontage de la batterie suivi d’un décapage des plaques ''entartées'' par le sulfate, la société rouennaise opte pour un traitement utilisant la résonance des matériaux lorsqu'ils sont excités à une fréquence bien précise. « Nous avons adapté une technique développée par l’armée pour régénérer les batteries de sous-marins, évidemment confrontées à des problématiques d’autonomie cruciales », souligne Eric Mosnier-Thoumas. Réglées en fonction du type de batterie et de sa capacité résiduelle, les ondes électriques font vibrer les plaques de plomb. Sous leur action, le sulfate s'effrite et se solubilise à nouveau dans l’électrolyte. Avantage du procédé : il n'implique pas d'intervention humaine à l'intérieur de la batterie.

La société garantit ainsi une régénération de ses capacités à hauteur de 80 % pour un prix correspondant à la moitié du prix à neuf. Créée en 2009, MT Régénération a déjà traité 50 tonnes de batteries en 2011. Niveau R&D, elle planche avec RTE sur la régénération des imposantes batteries stationnaires, destinées à pallier temporairement aux défaillances éventuelles du réseau électrique.

Hugo Leroux

 
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur