Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

[Reportage] Au Mas Numérique, un cocktail de nouvelles technologies révolutionne la viticulture

| | | | | |

Par publié le à 15h46

[Reportage] Au Mas Numérique, un cocktail de nouvelles technologies révolutionne la viticulture

Thomas Crestey, le responsable du Mas numérique, s’appuie sur une visite virtuelle disponible sur des tablettes individuelles pour illustrer la visite.

Le Mas Numérique est un site de démonstration unique au monde. 15  entreprises y éprouvent leurs outils, tous commercialisés, à la réalité d’un domaine en exploitation. Une plateforme indispensable pour tester l’interopérabilité des systèmes de plus en plus nombreux, mais également pour former les actuels et futurs travailleurs du vin.

À Villeneuve-lès-Maguelone, dans l’Hérault, une expérience unique au monde se déroule dans le Domaine du Chapitre. Depuis octobre 2017, le projet du Mas numérique a permis de déployer 15 technologies innovantes sur un vignoble en exploitation. Tous commercialisés, ces outils complémentaires sont pour la première fois utilisés ensemble pour faire face à deux problématiques concrètes pour les viticulteurs : augmenter l’efficacité de la protection des plantes et mieux gérer la qualité et les rendements. Ce site de démonstration est un lieu d’enseignement agricole, mais aussi une vraie plateforme d’échange pour les professionnels de la viticulture, où 500 d’entre eux se sont déjà rendus en une année. Quant aux industriels, l’utilisation en production de leurs outils est pour eux l’opportunité unique de les optimiser et de prendre conscience des enjeux d’interopérabilité des solutions.

L’idée nait en 2014 : l’ex-région Languedoc-Roussillon cherche à mettre en place un projet collaboratif entre le numérique et l’agriculture. Plutôt que de les exposer dans un salon, le Mas numérique est une vitrine des dernières technologies pour la viticulture. Ce mercredi 24 octobre était donc organisée une journée portes ouvertes dans le domaine, idéalement situé entre étangs et Méditerranée. Les technologies, soigneusement choisies pour répondre aux deux problématiques métier identifiées, sont présentes des vignes aux cuves de fermentation. « Les outils technologiques sont des assistants ponctuels qui aident les viticulteurs dans leur prise de décision », détaille Thomas Crestey, responsable du Mas numérique.

Une chaine de traitement pour aider à la décision

Pour protéger au mieux les plantations du mildiou par exemple, une vraie chaine de traitement est mise en place jusqu’à la pulvérisation précise des produits phytosanitaires. Les données climatiques recueillies par la station météo d’Agriscope sont utilisées par la plateforme Movida de Bayer pour modéliser le risque de maladie. Le logiciel Optidose, développé par l’Institut Français de la Vigne et du Vin, permet d’estimer la dose de produit à appliquer en fonction de ce niveau de risque maladie et de l’état végétatif de la vigne. Sur le terrain, la balise GPS Keyfield, développée par l’entreprise Axe Environnement, identifie automatiquement les produits phytosanitaires utilisés dans chaque parcelle. Et sur le pulvérisateur, l’outil Picore, de la société Sika, contrôle la qualité de l’intervention grâce à des pulvérimètres. Une chaine de traitement toute aussi complète, composée de huit outils, fonctionne également pour optimiser la production aux différentes étapes : suivi de maturité de la vigne, vendange, pressurage et fermentation.

Attention à ne pas s’y méprendre : les outils utilisés sont tous commercialisés, et le Mas numérique n’a pas l’objectif d’être un appui à la recherche. « Dans le domaine de la viticulture, nous avons les outils, qui sont régulièrement améliorés en R&D par les entreprises, détaille le responsable. Notre projet permet d’orienter ces améliorations vers l’usage réel sur le terrain. » Et l’enjeu majeur, c’est l’interopérabilité des outils. Dans ce cadre, le système d’information du domaine est indispensable pour constituer une base de données et piloter l’ensemble des interventions. « Les systèmes d’information plus anciens, comme Agreo que l’on utilise ici, ne sont plus adaptés car ils n’ont pas été conçus pour intégrer les données de tous ces nouveaux outils. »

De nouvelles problématiques qui orientent les marchés

Après une première année d’exploitation au Domaine du Chapitre, de nouvelles problématiques ont été soulevées. Certaines entreprises remarquent par exemple une redondance d’informations entre leurs outils, et peuvent adapter leur marché en conséquence. Et finalement, l’intégration de nombreux jeux de données n’est pas toujours pertinente. « On pense toujours à un tableau de bord idéal, avec de nombreuses données agrégées, mais nous nous sommes rendus compte que ce n’était pas pertinent car ces outils ne sont souvent pas utilisés à la même période de l’année ! »

L’enjeu est de taille : si les nouvelles technologies ont fait leur apparition dans les vignobles depuis une quinzaine d’années, Thomas Crestey est convaincu que la « tendance va se renforcer. » Et les outils doivent être optimisés pour répondre aux besoins des viticulteurs qui restent pour l’instant frileux. « L’intégration sur une exploitation, qui fonctionne avec des employés aux qualifications variés, n’est pas si simple. » Si le cœur du métier reste le même, Philippe Delmas, viticulteur depuis 35 ans à Vergèze, constate que « la profession change à grande vitesse depuis l’arrivée de l’informatique. » Les nouvelles technologies apportent en effet un gain de temps et de qualité, mais ne semblent pas encore tout à fait prêtes. « J’utilise sur mon domaine un suivi de pulvérisation depuis 3 ans, témoigne le viticulteur. Mais j’ai encore du mal à me projeter sur la pertinence de tous ces outils. » Si les technologies sont relativement simples, le Mas numérique est le premier site qui permet de les éprouver à la réalité d’un domaine en exploitation. Un potentiel tremplin pour de futures innovations.

Le lieu se veut une plateforme d’échange pour les professionnels : ce mercredi 24 octobre, des membres de collectivités territoriales, des entreprises spécialisées en nouvelles technologies pour l’agriculture ou encore des viticulteurs se sont déplacés pour découvrir le Mas numérique. © Anaïs Marechal

Thomas Crestey, le responsable du Mas numérique, s'appuie sur une visite virtuelle disponible sur  des tablettes individuelles pour illustrer la visite : cartographie satellite des parcelles, suivi de la teneur anthocyane des vignes, données météorologiques, etc. C'est-à-dire toutes les données recueillies par les 15 outils déployés. © Anaïs Marechal

La station connectée d'Agriscope mesure toutes les 15 minutes la température, la pluviométrie et l'hygrométrie du site. Les données sont disponibles en temps réel sur ordinateur et smartphone, et intégrées dans d'autres outils comme le modèle Movida de Bayer. © Anaïs Marechal

Le pressoir connecté de Pera-Pellenc mesure la conductivité, le débit et la pression en temps réel pour caractériser la qualité de la vendange. Des SMS sont envoyés directement au viticulteur. © Anaïs Marechal

Dans le chai de vinification, des écrans permettent  de suivre en temps réel les données envoyées par les différents outils déployés sur tout le domaine. © Anaïs Marechal

Grâce à des systèmes d'information comme Agreo qui centralisent les données et les travaux effectués, le bureau du viticulteur se vide de nombreux documents manuscrits. © Anaïs Marechal

grande vitesse depuis l

arrivée de l

informatique.

» Les nouvelles technologies apportent en

effet un gain de temps et de qualité, mais ne semblent pas encore

tout à fait prêtes. «

J

utilise sur mon domaine un suivi de pulvérisation depuis

3 ans

, témoigne le viticulteur.

Mais j

ai encore du mal à me projeter sur la pertinence de tous ces outil

s.

» Si les technologies sont

relativement simples, le Mas numérique est le premier site qui p

ermet de les éprouver à la

réalité d

un domaine en exploitation. Un potentiel tremplin pour de fu

tures innovations.

individuelles pour illustrer la visite : cartographie sate

llite des parcelles, suivi de la teneur anthocyane des

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur