Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Renault investit 28 M€ pour ses essais électriques

| | | | | | |

Par publié le à 00h16

Renault investit 28 M€ pour ses essais électriques

Fluence Z.E. qui arrive dans les concessions

Le constructeur automobile dévoile son pôle d’essais électrique qui depuis 3 ans monte en puissance pour tester l’ensemble des composants spécifiques aux véhicules électriques : moteur, électronique de puissance et batteries. Plus d’une centaine de bancs d’essais ont ainsi déjà réalisé 170 000 heures de tests cette année.

On sait que Renault mise beaucoup sur le véhicule électrique et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il se donne les moyens de sa politique en inaugurant officiellement son pôle d’essais électriques, qui a nécessité par moins de 3 ans de travail et 28 millions d’euros d’investissement.

Initié en 2009, ce pôle, situé sur le site d’essais de Lardy (91), s’est progressivement étendu pour occuper aujourd’hui deux bâtiments totalisant 3 300 m² abritant une centaine de bancs d’essais. Elément stratégique dans le déploiement des nouvelles technologies électriques du groupe, il regroupe la majorité des moyens d’essais dédiés aux moteurs électriques et batteries.

Depuis trois ans, ce pôle a conduit un important programme d’essais de mise au point et de validation des performances, de la fiabilité et de la sécurité des organes électriques équipant les véhicules de la gamme Z.E. qui arrive dans les concessions Renault. Trois années qui ont permis aux techniciens et ingénieurs de Lardy de développer une véritable expertise essais sur la technologie de propulsion électrique.

« Le pôle d’essais de Lardy accompagne l’offensive de Renault sur le véhicule électrique, qui est désormais entrée dans une phase concrète avec la première commercialisation de Kangoo Z.E. Nous avions pour objectif de commercialiser des véhicules fiables, performants et totalement sûrs. Lardy nous a permis d’y parvenir avec les 170 000 heures de tests réalisées en 2011. La montée en puissance de ce pôle va nous permettre de poursuivre et d’accompagner les évolutions de cette nouvelle technologie et de faire de Renault le leader du véhicule électrique en Europe », a estimé Jacques Prost, Directeur de l’Ingénierie Mécanique de Renault, à l’occasion de cette inauguration.

Une centaine de bancs d’essais

Le pôle d’essais électrique dispose des moyens nécessaires pour assurer l’ensemble des tests sur la performance, la sécurité et la durabilité des nouveaux composants spécifiques aux véhicules électriques : moteurs ; électronique de puissance et batteries.

Il dispose entre autre de :

 

  • Huit bancs d’essais pour les moteurs électriques : à la différence des bancs pour moteurs thermiques, alimenté en carburant, la source d’énergie est l’électricité, fournie par un simulateur de batterie de 400 V. Ces bancs permettent de mettre au point les moteurs et leur électronique de puissance, ainsi que d’en mesurer les performances (couple ; puissance ; rendement ; agrément ; homologation ; sécurité). Ils valident également leur durabilité sur des cycles thermiques ou vibratoires ‘‘sévérisés’’, représentant l’équivalent de 20 ans de fonctionnement et/ou 300 000 km ;
     
  • Six bancs d’essais pour l’électronique de puissance : ils permettent de valider la résistance aux brusques changements de température couplés à des sollicitations électriques des chargeurs, onduleurs et convertisseurs ;
     
  • 41 bancs associés à des enceintes climatiques pour les batteries Lithium-ion : ils simulent un vieillissement accéléré des batteries Li-ion en procédant à des cycles répétés de charge/décharge (normale, accélérée, rapide) totale ou partielle, dans des conditions de température variées.
    Cellule, module, pack batterie, électronique de puissance : tous les composants de la batterie sont testés et validés depuis l’unité élémentaire jusqu’au système complet ;
     
  • 58 autres bancs, consacrés à l’amélioration des performances des batteries de démarrage 12 V et à l’étude d’une seconde vie pour les batteries Li-ion.


Ce sont ainsi près de 170 000 heures d’essais par an qui sont réalisées à Lardy par une trentaine d’ingénieurs et techniciens spécialisés. A ces moyens internes s’ajoutent les bancs exploités chez les différents partenaires.

Abuser des batteries

En ce qui concerne les batteries de traction Lithium-Ion, le pôle de Lardy pilote un programme de 15 tests différents simulant les conditions les plus sévères : ce sont les essais dits ‘‘abusifs’’. Du court-circuit à l’incendie en passant par l’immersion ou la chute de la batterie, rien n’est laissé au hasard.

Une centaine d’essais aura été réalisée sur la seule année 2011, en interne ou chez les partenaires spécialistes de ces domaines, tels que l’INERIS (Institut National de l’EnviRonnement Industriel et des riSques), le CNPP (Centre National de Prévention et de Protection) ou encore la SNPE (Société Nationale des Poudres et Explosifs).

Jean-François Prevéraud

Pour une visite en images de ces laboratoires, cliquez ici 
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur