Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Quand EDF invite à réfléchir au design des radiateurs à batterie Lancey

| | | | | | |

Par publié le à 16h14

Quand EDF invite à réfléchir au design des radiateurs à batterie Lancey

Raphael Myeyer, fondateur de la start-up Lancey energy storage

Invitée par EDF à la Biennale du design de Saint-Étienne, la start-up Lancey a profité du dispositif Les Labos pour interroger les visiteurs des expositions sur le meilleur design pour ses radiateurs à batterie.

Contrairement à Michelin, qui venait pour la première fois tester trois innovations de rupture à la Biennale du design, EDF est un habitué des dispositifs les Labos, qui permet à une entreprise de présenter et évaluer auprès des visiteurs ses idées d’innovation et de design. Développant sa stratégie d’open innovation, EDF a profité de l’occasion pour tester les innovations de certains de ces partenaires. Pour les deux premiers jours de la biennale, les 8 et 9 mars, outre de tester des possibilités de partage de données du compteur Linky, EDF avait donc invité sur son stand deux lauréats de son concours Pulse Auvergne Rhône Alpes. Le premier, Vesta System, en a profité pour valider son système de domotique. Le second, Lancey energy storage, qui s’était aussi fait remarqué au dernier salon Pollutec, est lui venu avec une idée plus précise en tête : solliciter les visiteurs pour l’aider à définir le meilleur design pour ses radiateurs à batterie.

Le radiateur avec une batterie promet de réduire très fortement la facture de chauffage. « On a le système de chauffage électrique le moins cher d’utilisation du marché. On divise par deux la facture de chauffage par rapport à un convecteur traditionnel", explique Raphaël Meyer, docteur en génie thermique, le fondateur de la start-up, créé à Grenoble en juin 2016 sur un de ses brevets. La batterie du radiateur, qui a une durée de vie de dix ans, va en effet se charger en heure creuse, lorsque l’électricité est la moins et la moins polluante à produire. Elle va la restituer en heure pleine. « Le radiateur discute aussi en temps réel avec le compteur Linky pour connaître en temps réel la consommation du logement et passer automatiquement sur batterie si besoin, ce qui perle de plafonner l’abonnement électrique », précise le fondateur de la start-up.*

Imaginer le radiateur du futur

Sur le stand des prototypes, ce sont des prototypes assez proches de la pré-série qui sont présentés aux visiteurs. « Des designers ont travaillé dessus, mais on a encore des éléments de design que l’on souhaite affiner auprès des utilisateurs. On propose donc un atelier pour travailler sur les coloris, la perception les matériaux », détaille Raphaël Meyer. Et il y a un peu urgence, car la start-up est à quelques semaines de la commande des composants. Elle a en effet 2 000 radiateurs à livrer avant la fin de l’année, dont 400 à la Société Dauphinoise des Habitats, un bailleur social de Grenoble. Les radiateurs seront assemblés en France, dans la région Grenobloise, chez un partenaire prestataire. « Sur la partie chauffe, on est exclusivement sur du sourcing français. La cellule de batterie vient de Chine, mais son assemblage est réalisé chez nous. La carte électronique est aussi assemblée par nous », précise le dirigeant de la start-up de 11 personnes.

Durant la Biennale, EDF devrait aussi tester sa plateforme de services Pulse & You et de nouveaux matériaux intelligents en partenariat avec l’École de Mines de Saint-Étienne.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur