Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Pour une innovation pérenne

|

Publié le à 10h41

Pour une innovation pérenne
Il nous faut une politique favorable aux investissements en R&D.

C’est une bonne nouvelle pour les jeunes entreprises innovantes. Leur statut fiscal, raboté dans la loi de finances 2011, pourrait être rétabli. C’est du moins l’intention d’Éric Besson, ministre chargé de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique.

Le statut de Jeune entreprise innovante (JEI) vise à favoriser le développement de start-up à fort potentiel en leur offrant des exonérations de charges sociales. Il s’adresse aux entreprises de moins de huit ans investissant plus de 25%de leur chiffre d’affaires enR&D. Depuis sa mise en place en 2004, il aurait bénéficié à plus de 3000 entreprises et contribué à la création de plus de 20 000 emplois. Sa remise en cause a été une erreur stratégique. D’autant plus que les économies espérées relèvent du bout de chandelle : 57 millions d’euros par an! Valérie Pécresse, ministre de l’Éducation nationale et de la Recherche, que nous avons rencontrée au sujet des investissements d’avenir, le dit. Tout comme d’ailleurs le président de la République, lors du Conseil national du numérique, en avril dernier.

Qu’il s’agisse du statut JEI ou du Crédit impôt recherche, le soutien à l’innovation s’impose comme une nécessité pour accompagner la mutation de l’industrie et préparer l’emploi de demain. Ils font de notre écosystème de recherche l’un des plus attractifs du monde, contribuant au maintien en France d’une forte base de R&D, comme le démontre la deuxième édition de notre enquête exclusive sur les sites français de recherche et développement.

La R&D est un investissement de long terme. Pour y consentir, les industriels ont besoin de visibilité. La pérennité de la politique de l’innovation est donc cruciale. La changer en permanence au gré des contraintes budgétaires, c’est prendre le risque de favoriser la délocalisation de la recherche. C’est un risque que la France ne peut se permettre.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur