Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Pour une impression 3D “Made in France”

| |

Publié le à 07h44

Pour une impression 3D “Made in France”

L'impression 3D ? Pour Arnault Coulet, entrepreneur du secteur, c'est à n'en pas douter l'avenir de la production industrielle, et une véritable opportunité pour la France. A condition de ne pas rater le coche. Le cofondateur de l'agence Fabulous, qui met en relation de possibles utilisateurs de la technologie avec des sociétés proposant des services de fabrication additive, rappelle l'irrésistibles ascension de l'impression 3D, du dépôt du premier brevet sur le sujet à la démocratisation de cette technologie désormais omniprésente, et souligne que la France a des cartes à jouer. 

"L'impression 3D prouve jour après jour sa valeur ajoutée technologique. L’innovation de rupture permet désormais aux entreprises d’acquérir des avantages compétitifs et productifs pour se différencier sur des marchés mondiaux de plus en plus concurrentiels, mais ce n’est pas tout. L’impression 3D porte un enjeu de relocalisation de la production, de ré-industrialisation de notre territoire, et donc de vitalité de l’économie française.

Hier : une invention française

En 1984, une équipe composée d’Alain le Méhauté (Alcatel), Olivier de Wiite (Cilas) et Jean-Claude André (CNRS) dépose le brevet du procédé dit de « stéréolithographie », 1ère technique d’impression 3D qui donnera ensuite le nom à l’extension du fichier « .STL » permettant encore aujourd’hui le pilotage des machines. Faute d’identification d’applications sectorielles, le brevet sera ensuite délaissé par les entreprises françaises à son origine. En 1986, aux États-Unis, Chuck Hull fonde l’entreprise 3DSystems qui invente la première imprimante 3D. 3DSystems est aujourd’hui le leader mondial de la fabrication d’imprimantes.

Aujourd’hui, un virage à négocier

30 ans plus tard, plus de 7 technologies d'impression 3D et 250 matériaux (plastiques, métaux, minéraux, organiques) sont disponibles pour permettre aux entreprises de bénéficier des avantages de la technologie : rapidité de production et de mise sur le marché ; production d’objets et formes complexes qui dormaient dans les cartons des bureaux d’étude ; mass-customization des produits ; optimisation des coûts et des stocks.

Le virage est en fait double. D’abord, il est lié à la démocratisation des technologies et la pénétration domestique des imprimantes, avec un marché B2C encore timide mais en devenir. Ensuite, il est lié à la capacité de production industrielle : les dernières avancées technologiques vont permettre de lever les obstacles à la production de grandes séries. L’impression 3D était auparavant cantonnée au prototypage rapide de pièces (1 à 10 pièces prototypes). La volonté des constructeurs de machines est de pouvoir, d’ici 2 à 3 ans, concurrencer l’injection plastique ou la fonderie métallique en termes de volume, de cadencement, et de prix de production.

Actuellement, nous sommes dans un entre-deux qui ne permet pas de produire 1 million de pièces avec une vraie rationalité économique, mais d'ores et déjà plusieurs milliers. Lorsque l’impression 3D parviendra à allier le tryptique « rapidité, volume, prix », c’est un tout un pan de l’industrie qui s’en trouvera bouleversé. Cet horizon n’est donc pas si lointain, et comme tout changement technologique, il nécessite une prise de conscience et une anticipation en termes d’investissements financiers et humains.

Demain la relocalisation de la production

La France n’a pas encore de retard sur les technologies 3D. Ici et là, les ateliers de fabrication traditionnelle s’équipent peu à peu des dernières technologies de « fabrication additive ». Il existe un tissu industriel français qui permettrait, à terme, de favoriser une relocalisation de la production.

Pourtant, nos faiblesses sont toujours celles des moyens. Notre tissu industriel reste trop horizontal et éparpillé pour pouvoir contrer les logiques verticales adoptées par exemple aux Etats-Unis. La première puissance mondiale investit plusieurs centaines de millions de dollars pour faire pousser sur son territoire des usines entièrement dédiées à ces technologies.

La bataille des machines a déjà été perdue, puisque nos constructeurs les plus prometteurs ont depuis peu été digérés par les mastodontes américains, ou font face à de nouveaux entrants de taille comme HP (Hewlett-Packard). La bataille des logiciels est depuis peu préemptée par des acteurs comme Microsoft qui veulent imposer une nouvelle extension de fichier pour remplacer le .STL.

Mais il nous reste la fondamentale bataille des matériaux, avec un secteur de la chimie français toujours à la pointe ; elle pourrait constituer une tête de pont pour conquérir ces nouveaux marchés. En mai 2014, l'étude de l'institut de l'entreprise intitulée « Faire entrer la France dans la troisième révolution industrielle, le pari de l’innovation » est allée dans ce sens. Ce rapport a préconisé  en première recommandation d’« accélérer la recherche sur les matériaux ». Dernière bataille : celle des services avec l'émergence d'entreprises proposant conseil et nouveaux usages autour de l'impression 3D. La France, forte de son vivier de start-up innovantes, a là aussi un rôle à jouer pour faire rayonner plus encore la French Tech.

Nous sommes donc à un moment crucial, où les politiques publiques et investisseurs privés doivent trouver ensemble les moyens de financer l’avenir industriel de la France.
"

Arnault Coulet, co-fondateur de Fabulous

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

3 réactions

james
Le 27/07/2015 à 14h37
L’article conclue que les préconisations pour la France, sont la recherche sur les matériaux et le conseil d 'applications 3D. Pour autant, est ce que cela répond vraiment aux enjeux énoncés en début en termes de relocalisation de la production et re-industrialisation de notre territoire ?... j'ai des doutes

Didier
Le 02/08/2015 à 09h55
Pour la bataille des machines, Phenix-Systems a été racheté par 3D Systems en 2013. Mais il y a encore le groupe Gorgé avec les machines Prodways Phenix-Systems est basé sur un brevet de l'ENSCI de Limoges, Ecole Nationale Supérieure de Céramique Industrielle, qui est l'école de la manufacture de Sèvre délocalisée à Limoges. La machine a été conçue par une filiale d'EADS MS&I. Puis le projet a été repris par des cadres d'EADS. Techniquement, ces machines sont équipées d'un rouleau pour étaler la poudre contrairement aux autres machines EOS, Concept-laser, SLM-Solutions, Realizer, Renishaw qui utilisent une raclette. Cela est du aux origines du projet qui voulait utiliser des poudres céramiques à faible coulabilité.

Laurent
Le 28/08/2015 à 17h40
Désolé, mais aucun couple "matériau-process" ne détrônera tous les autres. Ainsi, les composites n'évitent pas l'acier et l'alu (qui n'a pas tué l'acier), le plastique recyclable ne détrône pas tous les métaux non plus mais il peut battre certains composites, etc. Alors, pour ce qui est de l'I3D, un mauvais Polyamide 12 coûteusement imprimé ne vaincra pas un très peu cher/kg Polyamide 6.6 GF35, facilement compacté à 900 bars - et donc doté de propriétés structurelles mécaniques - par une presse à injecter, en 1 minute pour une grosse pièce d'automobile , moins pour un aspirateur ou un morceau de robot... "Et l'unitaire alors"? L'impression 3D va trouver sa limite (et sa place) rapidement pour les objets "perso" car : qui veut s'embêter à faire le travail d'un technicien ou d'un ingénieur concepteur de l'industrie dans sa cuisine?... Ces métiers ne s'inventent pas, même avec 5 ans d'études, et surtout: fabriquer des objets signifie "être responsable du service qu'ils donnent" (ex: une cafetière bricolée vous pète à la figure: vous accuserez le fabricant ou le bricoleur qui a monté une pièce "fabriquée sur mon imprimante, chérie"?...) Aussi, le marketing prouve que "Faites vous même votre Truc" ça ne marche toujours pas pour la majorité des habitants de la terre (pas d'atelier, pas d'investissement, etc.). Désolé, c'est donc une démago de babacool (riches), chargée d'à-prioris contre l'industrie, comparant le bricolage et la fabrication responsable. En passant: l'I3D ne nous donne aucun avantage / indien, un chinois ou un allemand, dont les hommes d'affaires vont acheter les mêmes machines. NB Comme d'habitude (ampoule électrique, téléphone, boite de vitesses automatique (...), personal computer, cristaux liquides, impression 3D,...) La France a d'excellents "Géo Trouvetout" dans ses garages, mais touours pas de businessmen - je précise avec une vision d'avenir décollant de la porcherie en série...

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur