Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Portraits de jeunes innovateurs : elle personnalise la radiothérapie

| | | |

Par publié le à 06h31

Portraits de jeunes innovateurs : elle personnalise la radiothérapie

Clémence Franc

Ils ont moins de 35 ans, mais ont déjà à leur actif des réalisations prometteuses. Découvrez pendant tout l'été nos portraits de jeunes innovateurs distingués par la MIT Technology Review. Aujourd'hui, Clémence Franc, fondatrice de Novagray, qui veut commercialiser un test sanguin de radiosensibilité pour personnaliser la radiothérapie et en diminuer les conséquences. 

Clémence Franc fonctionne à toute vitesse. Difficile de suivre la jeune femme tant le débit de paroles est rapide. Regard appuyé, sourire large, c’est à peine si elle prend le temps de détailler comment fonctionnent les technologies de Novagray, la start-up qu’elle a co-fondée en 2015. Pourquoi préciser puisqu'il suffit de savoir que ça marche ? Si Clémence Franc n’a pas elle-même les mains dans le développement technique des technologies de Novagray, elle assure manifestement le leadership de la jeune pousse avec énergie, ce qui lui vaut d’être présente parmi les dix innovateurs français de moins de 35 ans sélectionnés par la MIT Technology Review.

Personnaliser les radiothérapies

L’entrepreneuse de 27 ans a des raisons de croire en elle et en Novagray. La start-up montpelliéraine, cofondée en octobre 2015 avec le Pr David Azria, coordonnateur du pôle radiothérapie oncologique de l’Institut du Cancer de Montpellier, s’est donné comme objectif de personnaliser les radiothérapies. Pour cela, la start-up prélève un échantillon de sang qu’elle analyse après irradiation pour identifier le niveau de risque que court le patient, et adapter le traitement à sa sensibilité. Depuis sa création, la start-up accumule les reconnaissances : concours EDF Pulse Languedoc-Roussillon, concours international Hello Tomorrow Challenge, etc, et prépare déjà une commercialisation des tests en Europe, après avoir obtenu le marquage CE en 2016. Un développement fulgurant pour une start-up dans le domaine de la santé, l’obtention des droits de commercialisation très réglementés freinant habituellement le mouvement.

Pour en savoir plus, lire notre article détaillant les technologies de Novagray

Ingénieure de l’Ecole spéciale des travaux publics, du Bâtiment et de l’Industrie (ESTP Paris), Clémence Franc enchaine avec un passage à HEC Paris, avant de se lancer dans la coordination du projet PhysicsForcare à l’institut Gustave Roussy, qui a pour objectif de développer un logiciel pour calculer les doses délivrées aux patients durant leur radiothérapie. L’idée lui vient alors de lancer une start-up pour pousser plus loin les technologies développées dans le projet. « J’ai toujours voulu lancer ma propre boite, » témoigne Clémence Franc, qui avoue, au lycée avoir hésité entre « des études d’ingénieur, d’entrepreneur et de médecine. »

Selon Clémence Franc, « Novagray a 3 à 5 ans d’avance sur les concurrents », qui sont  moins avancés sur les essais cliniques et qui ont besoin de faire des biopsies, plus invasives qu’un simple prélèvement de sang. Le plus important pour Novagray sera de convaincre les médecins « Il faut que le test soit approuvé par la communauté mondiale. » A suivre. 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur