Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Article Précédent
Article Suivant
Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Pollutec : ces start-up qui lancent leur « Box » à l'assaut des déchets

| | |

Par publié le à 14h41

Pollutec : ces start-up qui lancent leur « Box » à l'assaut des déchets

L’innovation verte sera connectée, intelligente, modulaire, ou ne sera pas. Côté procédés, l’heure est à l’essor des "box", ces équipements faiblement encombrants, modulaires et automatisés qui peuvent s’installer partout où il y en a besoin. Ce type de solutions trouve un terrain fertile dans le secteur du traitement des déchets. Focus sur trois start-up présentes au salon Pollutec 2016 à Lyon : Cleef System, MiniGreenPower et Waga Energy. 

L’édition 2016 du Salon Pollutec, qui rassemble à Lyon du 29 novembre au 2 décembre les principaux acteurs au service de l'environnement, voit fleurir le concept de « box », ces équipements faiblement encombrants, modulaires et facilement installables

Les start-up ne pourront pas remplacer les géants du secteur du traitement des déchets tels que Suez ou Véolia sur des grosses installations de traitement centralisées. Mais là où subsistent des améliorations à apporter, elles s’appuient sur des ruptures technologiques brevetées pour apporter leur solution sur mesure au problème.

Cleef System : valoriser les boues dans une friteuse

Rapidité d’installation, modularité, automatisation et pilotage à distance sont les atouts clés des solutions que veulent apporter les start-up aux problèmes environnementaux. La start-up Cleef System fondée en 2015 veut ainsi « cleefer » les boues issues des stations d’épuration. Celles-ci sont aujourd’hui valorisées dans des brûleurs ou sécheurs peu opérationnels. Cleef reprend à son compte le principe des friteuses pour en faire un équipement à faible encombrement et simple d’utilisation sur site. L’idée ? Les boues sont séchées et imprégnées d’huile pour être transformées en un combustible compact et facilement valorisable, et qui peut fournir, selon la start-up, plus d’énergie qu’il n’a été nécessaire pour le créer. La start-up a lancé un premier pilote pour alimenter une chaudière biomasse. 

Mini Green Power : des mini-centrales de production de chaleur

La start-up Mini Green Power créée en 2014 lance, quant à elle, une offre de mini-centrales modulaires qui convertit les résidus végétaux en électricité et en chaleur ! Si la cogénération n’est pas une idée nouvelle, Mini Green Power propose de la décentraliser. Les centrales reposent sur un procédé breveté de pyro-gazéification avec combustion étagée. La chaleur générée est récupérée à travers une chaudière et peut ensuite être utilisée pour des applications en chaleur pure (résidentiel) ou être convertie en électricité, en froid, ou en carburants verts (granulés, plaquettes) grâce à des modules spécifiques. La maintenance est souvent le problème majeur de ce type d’équipement soumis à rude épreuve. Pour la fiabiliser, MiniGreenPower s’appuie sur une solution big data d’analyse des données de toutes ses centrales. La start-up a installé une unité pilote de 750 kW à Hyères près de Toulon et vise la construction de 50 centrales par an d’ici cinq ans.

Waga Energy : transformer le biogaz des décharges en biométhane valorisable

« 95% des déchets dans le monde finissent dans des décharges où ils génèrent 1 million de mètres cubes de biogaz perdus à chaque heure », rappelle Mathieu Lefebvre, cofondateur de Waga Energy, lors de la présentation de la start-up aux vitrines de l’innovation. Ce biogaz constitué en partie de méthane constitue en outre une source importante d’émissions de gaz à effet de serre. En France, la moitié seulement est faiblement valorisée et l’autre brûlée en torchère. La start-up veut installer à côté de ces décharges la Wagabox, qui couple une membrane avec un système de distillation à température cryogénique pour séparer l’air du biogaz, l’opération la plus contraignante pour le valoriser. Elle en extrait ensuite du biométhane suffisamment pur pour être ensuite utilisé comme biocarburant, ou être injecté dans le réseau de gaz naturel. Waga Energy a installé une première WagaBox sur une unité de stockage de déchets de la Coved et en installera une seconde début 2017 sur une unité de Suez.

 

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur