Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

PLM : Dassault Systèmes intègre le marketing dans sa panoplie

| | | | |

Par publié le à 16h33

PLM : Dassault Systèmes intègre le marketing dans sa panoplie

Une profession de foi déclinée sur très grand écran sous forme d’une affiche que ne renieraient pas nos hommes politiques.

L’éditeur français, qui a été un zélateur précoce du 3D pour tous partout, prend à nouveau un coup d’avance sur ses concurrents en proposant des outils capables d’intégrer la notion de consommateur final dans le développement de produits innovants. Il veut même faire de sa 3DExperience un outil aussi familier que YouTube ou iTune pour permettre au consommateur d’essayer virtuellement un produit avant de l’acheter.

Je reviens de la grand-messe européenne de Dassault Systèmes. Que de changement chez en un an !

Déjà au revoir Mickey, bienvenue Tintin, puisque cette année l’événement avait lieu, non plus comme à l’accoutumé à Disneyland Paris, mais à Bruxelles, au cœur de l’Europe. Fini aussi le European Catia Forum (ECF), qui réunissait les utilisateurs européens de Catia, mais vive le très visionnaire 3DExperience Forum. Enfin, lors de la matinée plénière, la technique a pratiquement été passée sous silence, cédant la place à un marketing triomphant.

« Un nouveau positionnement et une nouvelle proposition de valeur pour Dassault Systèmes », dira même dans son introduction de la journée, Sylvain Laurent, Executive Vice President, 3DS Business Transformation. Allant même jusqu’à opposer la technologie à l’expérience qu’un consommateur veut vivre avec un produit.

En premier lieu, Robert Madelin, Directeur Général responsable du Digital Agenda for Europe (DG Connect) est venu nous présenter les enjeux du numérique pour l’Europe qui sont au cœur de l’action Horizon 2020 de la Commission Européenne. « Les règles du jeu changent très rapidement. Aujourd’hui nous avons partout accès au Big Data depuis un équipement qui tient au fond de notre poche. Cela va nous permettre dans tous les domaines de mieux analyser et comprendre les informations, afin de disposer rapidement de prévisions fiables et réalistes permettant de prendre les bonnes décisions. Et cela est aussi vrai dans vos métiers de l’ingénierie. L’économie numérique est entrain de changer notre vie et l’Europe doit être motrice dans ce domaine ».

Des propos confortés par ceux du consultant en management Joseph Pine II, auteur du livre The Experience Economy. Pour lui, alors que jusqu’à maintenant le monde s’articulait autour de produits de base, de biens de consommation ou d’équipement, et de services, on voit poindre aujourd’hui la notion d’expérience. « Prenez l’exemple du café : vous pouvez toujours l’acheter en grain près à être torréfié et moulu ; ou alors en paquets prêt à l’emploi ; ou encore sous forme d’une tasse dans un café ; mais la tendance actuelle est de vivre un moment particulier autour d’un café dans un Starbucks Coffee ou une boutique Nespresso. Sans parler de celui au Caffè Florian sur la Place Saint Marc à Venise. Et même si suivant votre choix, le prix de la tasse varie de quelques centimes à 35 €, le plus valorisant pour le consommateur est bien sûr la dernière option ».

« C’est pourquoi nous voulons ouvrir ces nouveaux horizons aux consommateurs à travers notre approche 3DExperience », triomphe alors Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes. « Nous pensons que le virtuel permet d’améliorer et d’étendre le monde réel. C’est pourquoi nous proposons aux industriels, à travers nos outils, de créer autours de leurs projets des Expériences virtuelles, qu’ils peuvent tester auprès de leurs futurs clients, afin d’accéder à leurs commentaires en vue de les prendre en compte avant le développement final de leurs produits ».

Une profession de foi déclinée sur très grand écran sous forme d’une affiche que ne renieraient pas nos hommes politiques.

Plus concrètement, cela se traduit par l’apparition d’une boussole dans les outils V6 de Dassault Systèmes qui permet d’accéder rapidement à quatre domaines : 3D, un média pour la modélisation comportementale réaliste (Catia, SolidWorks, Geovia) ; V+R pour la simulation permettant d’intégrer du virtuel dans le réel (Simulia, Delmia, 3D Via) ; Ii pour l’information intelligence permettant d’accéder et de traiter la masse d’informations à prendre en compte pour développer un nouveau produit (Exalead, Netvibes) ; enfin une silhouette symbolise les aspects humains pris en compte à travers les réseaux sociaux et collaboratifs(3DSwyms, Enovia). Au centre de cette boussole le bouton Play permet de voir l’expérience créée. « Il permet de répondre à l’attente : montre moi, laisse moi essayer ! »

Une boussole que Dassault Systèmes entend bien populariser et rendre aussi familière au grand public que les icones de Facebook, iTune, YouTube, Wikipedia, Androïde ou Google.

On l’aura compris Dassault Systèmes ne se positionne plus comme un éditeur de logiciels au service des industriels, mais comme le fournisseur d’un système complet leur permettant d’intégrer les désirs et les réflexions des consommateurs à leurs contraintes techniques et industrielles. « Il ne faut pas voir la V6 comme une V5 + 1. C’est une nouvelle génération de plates-formes qui permet d’aller bien au-delà du traditionnel PLM en offrant une passerelle entre les mondes virtuels et réelle à la fois aux industriels et à leurs clients pour expérimenter de futurs produits dans un environnement réaliste ».

Bref on sent que Dassault Systèmes a bien compris tout le poids du marketing dans le développement de produit novateurs. Il propose donc aux industriels les outils qui permettent d’intégrer ces demandes dans la conception technique des produits afin d’arriver rapidement à des produits innovants en phase avec les attentes du marché.

Une approche qui ne se limite plus, bien sûr, aux seuls industries à base mécanique (automobile, aéronautique, biens d’équipement…), mais vise aussi les biens de consommation, les services… ou les sciences de la terre à travers la nouvelle marque Geovia issue de la reprise de Gemcom Software en avril dernier.

Une offre qui sera disponible à termes à travers le Cloud Computing sur des produits nomades tels les tablettes. Et Bernard Charlès de conclure sa présentation par une courte présentation de Catia sur un iPad.

Il a ensuite passé la parole à Monica Menghini, Executive Vice President Industry, Marketing & Corporate Communications : « La femme qui a réussi à me convaincre que le marketing aussi était une science ». Il faut dire qu’elle a un bon bagage dans le domaine après être passée par l’agence Satchi & Satchi, puis Procter & Gamble.

Quand je vous disais que le marketing a fait une entrée remarquée chez Dassault Systèmes.

A la semaine prochaine

Pour en savoir plus : http://www.3ds.com/fr/

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l’Usine Nouvelle, suit depuis plus de 31 ans l’informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM…). Il a été à l’origine de la lettre bimensuelle Systèmes d’Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur