Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

PIA 2011 - Prix Projet industriel : Louis Bon

| |

Publié le à 21h08

PIA 2011 - Prix Projet industriel : Louis Bon

J’ai toujours rêvé d’expatriation. J’ai donc tout de suite pensé aux grandes compagnies pétrolières. C’est pour ça que j’ai rejoint Total comme jeune ingénieur.

Accoucheur de plates-formes

Le FPSO Pazflor est un floating production storage and offloading, immense barge de 325 mètres de longueur pour 65 de largeur et 120 000 tonnes. Ancrée à 150 kilomètres au large de l'Angola, elle va extraire 220 000 barils de pétrole par jour au terme de sa montée en puissance, et en emmagasiner 1,9 millions dans sa coque.

Lorsque Total lui a confié ce projet de 9 milliards de dollars et l'un des plus grands chantiers du monde pétrolier, Louis Bon n'a pas frémi. L'ingénieur, aujourd'hui âgé de 54 ans, est rodé à ce type de prouesses. « J'étais très excité. Même si c'est un très gros chantier, nous réalisions des choses comparables chez Total ».

Une sérénité nourrie par son parcours chez Total. Entré en 1981, il s'est fait la main au Qatar, en Iran, en Thaïlande après avoir rejoint la division projets au début des années 1990. Sur Pazflor, Louis Bon était à la tête d'une équipe de 350 salariés de Total. Et supervisait les milliers d'employés de sous-traitants. Jusqu'à 3 000 simultanément : 22 nationalités ont pris part aux travaux. « À certains moments, le soleil ne se couchait plus sur le projet », s'amuse l'ingénieur.

Dans quelques semaines, il laissera les clés de Pazflor à ses collègues de Total Angola. « Il reste encore quelques utilités à démarrer, à mettre en place l'injection de gaz dans les réservoirs de pétrole… J'aurai terminé en janvier », précise-t-il.

Le projet Pazflor fini, il sent qu'il a besoin d'un peu de repos. « Je n'ai pas encore pris mes vacances d'été », s'amuse-t-il en ce début d'hiver. Après, il lui faudra repartir vers une nouvelle terre, car il rêve encore et toujours d'expatriation.

Ludovic Dupin
Les autres nominés :
Damien Veychard (INPG) de STMicroelectronics, pour la conversion du câblage or en cuivre ;
Edmond Abergel de MGI, pour sa technologie d'impression jet d'encre multi-support.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur