Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Paris-Saclay : pourquoi le projet Digitec doit (déjà) changer de nom

| | | | | | |

Par publié le à 12h10

Paris-Saclay : pourquoi le projet Digitec doit (déjà) changer de nom

Intérieur du bâtiment Nano-Innov de Paris-Saclay accueillant l'IRT SystemX

Pour boucler son tour de table, le projet Digitec, qui vise à doubler l’immobilier du site Nano-Innov de Paris-Saclay pour accueillir 1 500 chercheurs publics et industriels du numérique d’ici 2020, doit vite trouver un nom plus explicite.

Digitec est le nom du futur pôle du numérique à Paris-Saclay. Enfin, le nom d’un projet alliant CEA-List, Inria, l’université Paris-Saclay, le pôle Systematic, l’IRT SystemX, l’Institut Mines-Télécom et très fortement soutenu par Valérie Pécresse, présidente de la Région Île de France, également responsable de l’aménagement du site Paris-Saclay. Un projet immobilier, qui vise à doubler la surface du site de Nano-Innov, pour atteindre les 60 000 m2 et accueillir 1 500 personnes, contre 700 aujourd’hui.

Des plateaux d’innovations industrielles

Digitec est surtout un projet d’innovation, qui vise à « répondre à une demande d’industriels pour projeter leurs équipes dans des écosystèmes de recherche numérique », explique Philippe Watteau, directeur CEA-List et initiateur du projet. À commencer par Renault, qui a déjà trouvé à loger sur le site Nano-Innov plusieurs dizaines de personnes de son équipe de R&D sur le véhicule connecté. Un deuxième industriel, qui veut encore rester discret, devrait le rejoindre dès juin. Une préfiguration de ce que devrait être Digitec. « Le projet porte en lui l’objectif d’accueillir des équipes industrielles. On veut avoir des plateaux projet, notamment sur la problématique de l’IA. Rien que le CEA-List, a déjà 200 experts du sujet », explique Philippe Watteau.

Un design center

Digitec devrait aussi héberger le design centre de l’université Paris-Saclay, dont une préfiguration sera inaugurée à l’automne, dans les bâtiments actuels de Nano-Innov, pour faire travailler les entreprises sur les usages et design de service numérique en mode open innovation. Un projet développé notamment par Alain Cadix, ancien directeur de l’ENSCI-Les Ateliers (école publique de design) et ex-responsable de la mission design et Gilles Rougon, directeur du Design d’EDF, dont le campus innovation est situé à proximité sur le Plateau de Paris-Saclay. Il impliquera notamment les étudiants de l’école de design Strate.

FranceIA @ Paris-Saclay

Le concours d’architecte pour le nouveau bâtiment sera lancé en mai ou juin et le projet choisi fin 2017, pour une ouverture en 2020. « Il devra être un marqueur architectural fort », précise Philippe Watteau. Il est vrai que les actuels bâtiments de Nano-Innov, isolés en marge du site de Paris-Saclay, ne se distinguent que peu aujourd’hui. Mais pour exister, Digitec, qui doit succéder à Nano-Innov, doit aussi se trouver un nom plus explicite. Philippe Watteau le sait. Une agence de « naming » a même déjà été sollicitée. Le bref tient en trois points : le nom devrait indiquer que cela se passe à Paris Saclay, qu’il a une dimension numérique et doit permettre une visibilité internationale. Le futur centre de R&D concentrant la fine fleur de la France IA, qui n’a pas encore bouclé son tour de table, mérite bien ça.

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur