Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Orano inaugure une usine de conversion d'uranium

| |

Par publié le à 06h13

Orano inaugure une usine de conversion d'uranium

L'usine Philippe Coste a été inaugurée sur le site d'Orano à proximité de la centrale nucléaire de Tricastin.

Orano (ex-Areva) a inauguré une nouvelle usine de conversion de l'uranium lundi 10 septembre 2018 sur son site de Tricastin (Drôme). Baptisée Philippe Coste, elle assurera une des étapes de transformation du minerai pour produire du combustible nucléaire.

En remplacement de son ancienne usine Comurhex (pour conversion métal uranium hexafluorure) qui a fermé en décembre 2017, Orano a inauguré lundi 10 septembre 2018 sa nouvelle usine de conversion de l’uranium. Il s’agit d’une étape de transformation avant l’enrichissement qui permet ensuite la fabrication de combustible nucléaire pour la production d’électricité. Située sur le site de Tricastin (Drôme), cette nouvelle usine a pris le nom de Philippe Coste, premier président fondateur de Comurhex. Elle sera mise en service en fin d’année.

La conversion a lieu sur deux sites complémentaires situés dans le Sud de la France. L’uranium extrait de la mine arrive en France sous forme de poudre appelée « yellow cake » : un concentré de minerai d’uranium conditionné dans des fûts. Celui-ci est d’abord purifié et transformé en tétrafluorure d’uranium (UF4) sur le site de Malvési (Aude), puis converti en hexafluorure d’uranium (UF6). Cette deuxième étape de conversion aura dorénavant lieu au sein de la nouvelle usine Philippe Coste. Orano vise une production de 5 000 tonnes mi-2019 avant d’atteindre sa capacité maximale de 15 000 tonnes fin 2020. L’UF6 produit sera ensuite envoyé juste à côté, dans l’usine Georges-Besse II, pour devenir du combustible nucléaire.

« La nouvelle usine intègre des innovations technologiques en termes de sûreté, d’environnement et d’amélioration des performances industrielles, indique Orano dans un communiqué. Elle permet un recyclage de réactifs chimiques, une réduction de la consommation d’eau de 90% et dispose d’un contrôle commande encore plus automatisé pour améliorer le pilotage du procédé. »

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur