Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Or à Décor enrichit la gastronomie

| | |

Par publié le à 09h00

Or à Décor enrichit la gastronomie

Les fioles de paillettes d'or se déversent directement dans les bouteilles de vins pétillants.

Après une carrière dans l’industrie et un passage chez un batteur d’or, Erwan Champroux a créé son entreprise pour répondre à un besoin de niche : les décors alimentaires en or. Une affaire fructueuse.

De son procédé, nous ne saurons rien. Erwan Champroux a fait le choix du secret plutôt que celui du brevet. Il semble qu’il ait trouvé le bon filon : les décors alimentaires en or. Pour les chocolats, les cocktails et vins pétillants de luxe, il propose des paillettes et motifs qui donnent une inestimable touche de classe. Inestimable ? Pas tout à fait.

Les feuilles d’or alimentaire sont très difficiles à travailler. Avant qu’Erwan Champroux crée sa société, deux solutions existaient : acheter des paillettes pour saupoudrer ses produits ou déchirer soi-même les feuilles d’or. Pour obtenir les paillettes, les batteurs d’or broient les feuilles d’or qu’ils fabriquent, ce qui leur fait perdre de leur brillance. Déchirer soi-même les feuilles d’or est une opération délicate, elles sont fragiles, se collent sur elles même facilement et se froissent, ce qui leur fait également perdre leur brillance.

Erwan Champroux a pris conscience de toutes ces difficultés entre 2000 et 2005, en travaillant chez Dauvet Batteur d’or, dans le développement de nouveaux procédés de production. En 2009, le constructeur de machine-outil Wirth & Gruffat qui l’emploie met la clef sous la porte. A quarante ans passés, Erwan Champroux décide de monter une entreprise de ciselage de feuilles d’or, qu’il baptise Or à Décor, pour répondre aux besoins identifiés quelques années plus tôt. Il développe une machine automatisant la découpe de feuilles d’or alimentaire.

« Je peux faire les formes que je veux, mais ce que veulent les chocolatiers pour les palets d’or, ce sont des formes aléatoires très brillante », explique l’entrepreneur qui en a vendu 500 000 en 2011. Entièrement automatisée, son système place les décors sur un film transfert selon la position des palets d’or sur la ligne d’enrobage du chocolatier. Il peut ainsi décorer en une fois 24 à 35 chocolats. « C’est plus joli mais c’est aussi très intéressant pour eux car l’utilisation d’or est réduite de 75 % », ajoute Erwan Champroux. Ce qui n’est pas négligeable alors que le kilo d’or est passé de 32 000 à 42 000 euros à l’été 2011.

Pour les vins pétillants, le savoyard a automatisé la mise en fioles de 10 millilitres des décors découpés. Il suffit de déverser le contenu de la fiole dans la bouteille avant de la boucher pour que commence la danse des paillettes et des bulles. « Pour l’instant les viticulteurs dosent à la petite cuillère les paillettes d’or en vrac, explique Erwan Champroux. Au-delà du manque d’homogénéité, cette méthode froisse les paillettes, au détriment, encore une fois, de la brillance ». Si ce conditionnement n’est pas encore commercialisé, la méthode est prometteuse. Or à Décor a déjà livré des fioles contenant 500 tours Eiffel d’or à l’étranger, pour essai.

Aucunement effrayé par l’ampleur du succès, Erwan Champroux négocie avec des fabricants de machines spéciales pour automatiser encore davantage son procédé. Il fait aussi les yeux doux à l’industrie cosmétique pour dorer crèmes et parfums...

Charles Foucault.


Or à Décor en bref :

Création : septembre 2009
Créateur : Erwan Champroux
Implantation : Haute-Savoie
Effectif : 1
PDG : Erwan Champroux
Téléphone : 04 50 85 15 91
E-mail : erwanchamproux@or-a-decor.com
Site Web : www.or-a-decor.com

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur