Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Open Innovation : EDF cherche encore le bon modèle et lance un Innovation Hub

| | |

Par publié le à 10h08

Open Innovation : EDF cherche encore le bon modèle et lance un Innovation Hub

Christophe Reinert (à droite) responsable de l’Innovation Hub d'EDF avec 2 membres de son équipe : Laurent Lelait (au centre) et Olaf Maxant (à gauche).

Annoncé lors des Electric Days, à Paris, les 24 et 25 janvier, le nouvel Innovation Hub d’EDF sera opérationnel le 1er février 2017. Il doit fédérer toutes les initiatives d’innovation ouverte du groupe. Objectif : dépasser les démonstrateurs pour aller sur le marché et préparer les business de demain. Pas si simple.

L’open innovation est un casse-tête, surtout pour un grand groupe disposant d’une forte culture de R&D interne. Et ce n’est pas EDF qui dira le contraire. Lors des Electric Days, nouvelle grand messe innovation de l’électricien français qui s’est déroulée les 24 et 25 janvier sous la Grande Halle de la Villette à Paris, la quasi-totalité des 90 innovations présentées, que ce soit pour la smart home, la production d’énergie bas carbone ou les systèmes intelligents, étaient quasiment toutes signées EDF. Très rarement, un nom de partenaire apparaissait. Souvent celui de Dalkia. Normal me direz-vous, pour l’open innovation, il fallait aller un peu plus loin, tout au fond de l’immense espace Innovation Lab. Mais, le 25 janvier en milieu de matinée, il n’y avait pas là foule, ni de visiteurs, ni de partenaires.

Certes, il y avait bien une poignée de lauréats du concours Pulse, deux start-up fournisseurs d’EDF, l’un pour ses services de contrôle de lignes aériennes par drone (Delair Tech) ou de cartographie des sols par magnétométrie (Tellus environnement) et un représentant de la Team Henri-Fabre, un techno-centre collaboratif de la région Paca. Mais clairement, rien qui donne l’impression d’un foisonnement d’interactions entre EDF et l’écosystème de start-up et d’entreprises innovantes.

Et pourtant. « 400 start-up sont qualifiées par an et nous réalisons environ une cinquantaine de POC (proof of concept) ou démonstrateurs avec les divisions métiers, dont environ un sur dix se concrétise par un contrat entre la start-up et EDF », avance Christophe Reinert, ex directeur de Smart Electric Lyon, désormais responsable de l’innovation Hub d’EDF, une nouvelle structure interne dédiée à l’open innovation créée officiellement le 1er février 2017.

Une équipe de 15 personnes

Une équipe Open Innovation existait pourtant déjà depuis 2009. Elle pouvait se prévaloir de quelques succès, présentés dans un livret très documenté (mais non daté) intitulé « The book of Inspiration : 13 histoires d’open innovation ». Dans les remerciements, on y apprend que ce sont en fait 60 pilotes qui ont été menés à bien sur les trois dernières années (2013-2015...si j'ai bien compris). C’est bien, mais c’est l’après pilote qui compte, le passage à l’offre ou au contrat. Et là, pas si simple chez EDF d’intégrer des innovations venues de l’extérieur, encore moins de les acheter, sans parler de les vendre. « La plupart des autres grands groupes industriels français sont au même stade que nous », nuance toutefois Laurent Lelait, responsable du fonds d’amorçage ATI qui vient de rejoindre le Hub. Peut-être. Ce n’est pas pour autant que c’est suffisant.

L’équipe de l’innovation HUB — 15 personnes basées sur 3 sites (Chatou, Saclay et le centre de R&D de La Renardière) - reprendra donc le travail de l’ancienne équipe open innovation, le concours Pulse et ses déclinaisons régionales, les programmes de partenariats mais en articulation avec le fablab et l’équipe de design de La Renardière et un réseau de représentants innovation dans toutes les entités de l’entreprise.

Trois missions

Elle aura trois missions. D’abord celle de laboratoire de tendance et d’anticipation. « Il s’agit d’étudier l’évolution des comportements, des attentes et de les décliner en aspiration afin de préparer les business de demain », expose Christophe Reinert. La deuxième mission du hub consiste à accélérer les projets d’innovation et de collaboration entre les start-up et les métiers, en travaillant sur les cas d’usages avec le laboratoire de design interne d'EDF et son fablab. Le hub sera le guichet unique pour les start-up et assurera leur accompagnement. Mais elles ne doivent pas attendre la lune, c’est-à-dire à moult contrats. « Le métier d’EDF est d’intégrer des solutions. Une de nos missions sera surtout d’identifier des synergies entre les différentes briques technologiques », précise le responsable du hub. La troisième mission concerne l’intrapreunariat et la motivation en interne. Mais pas encore de concours interne. « On y réfléchit », reconnaît un autre membre de l’équipe du hub. Tour reste à faire . Un kit start-up sera néanmoins déjà dans les cartons.

Pour résumer, une équipe dédiée, même avec un réseau d’ambassadeurs dans l’entreprise, n’a pas suffit chez EDf  à diffuser une culture d’open innovation en interne. On verra si l’Innovation Hub, avec sa triple mission de guichet start-up, d’innovation lab et d’intrapreunariat, y arrivera mieux. Qui n'essaye pas... n'innove jamais.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur