Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Nouvelle réussite pour la Journée du PLM

| |

Par publié le à 16h36

Nouvelle réussite pour la Journée du PLM

Fabien Vadelorge, PLM administrator de Duqueine, vient recevoir le Tropée PLM 2011 avec son équipe.

Nouveau succès pour la Journée du PLM qui se déroule tous les ans à Lyon avec plus de 200 participants venus écouter les retours d’expériences d’une dizaine de sociétés. Un endroit où la langue de bois n’est pas de mise et où l’on ne cache pas les difficultés de déployer cette approche dans les PME. Mais une journée qui prouve aussi l’intérêt du PLM même pour les PME, ce qui a valu le Trophée PLM 2011 à Duqueine.

Petite promenade à Lyon cette semaine pour assister à la 4e Journée du PLM organisée par l’Espace Numérique Entreprise, l’AIP Priméca et le Cluster Gospi. Plus de 200 auditeurs avaient fait le voyage vers la capitale des Gaules, essentiellement issues de PME.

« Il est intéressant de noter que nous internationalisons. Il y a 4 ans l’ensemble des participants venait de la Région Rhône-Alpes. Aujourd’hui ces ‘‘locaux’’ ne représentent plus que les 2/3 de l’auditoire et l’ensemble de la France est représenté, avec même une pointe d’internationalisation avec quelques auditeurs suisses et belges », constate Lionel Poinsot, directeur de l’Espace Numérique Entreprise.

Eco-Conception en entrée

Les auditeurs ont eu droit en guise de mise en jambe à une sensibilisation à l’éco-conception faite par Samuel Meyer du Pôle Eco-Conception issu de la CCI de Saint-Etienne / Montbrison et Yannick Boudier, gérant du bureau d’études IMP2 CAO qui la pratique au quotidien. Ils ont expliqué et illustré les grandes lignes de la démarche sans toutefois trop insister sur le lien avec le PLM. Alors que sans une approche PLM, qui structure et formalise les démarches de conception, il est très difficile de pratiquer une éco-conception efficace qui impose une traçabilité importante des matériaux, mais aussi de leurs processus de mise en œuvre et des performances obtenues.

Par contre, ils ont bien indiqué qu’il faut toujours préférer l’éco-innovation à l’éco-reconception, qui se résume souvent à un simple ‘‘verdissage des produits’’, ainsi que sur la notion de scénarios d’usage des produit, très proche d’une démarche de designer.

Je passerai sur les ‘‘tables-rondes’’ avec les vendeurs, peu informatives, pour insister plus sur les retours d’expériences. Les PME qui y prennent la parole ne se cachent pas derrière un discours convenu, où tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Et cela ne tourne pas toujours au règlement de compte avec l’éditeur et l’intégrateur qui sont intervenus sur le projet.

Intégrer le PLM dans le SI

Ainsi Dominique Marguerat, responsable informatique de Frewitt, un fabricant suisse de machines spéciales pour les industries pharmaceutique, chimique et alimentaire, a fait une présentation sans far et n’a pas caché qu’une bonne partie des retards enregistrés sur le déploiement du projet PLM dans l’entreprise était dû à la vision trop parcellaire des 3 chefs de projets. Il a aussi concédé que l’entreprise n’avait pas suffisamment évalué les capacités CRM de l’ERP choisi et que cela avait conduit à intégrer en fin de projet un logiciel supplémentaire. Enfin, il a reconnu ne pas avoir une vision précise du ROI financier, mais a insisté sur la meilleur qualité des projets réalisés depuis la mise en ouvre de cette démarche PLM.

Notons parallèlement le succès de la session didactique sur le PLM qui avec une cinquantaine de personnes montre qu’il y a toujours un réel besoin d’informations claires, précises, et neutres sur le sujet.

Un Serious Game pour découvrir le PLM

Nouveauté cette année, la plate-forme PEGASE (Plateforme sErious Game d'Accompagnement et de Suivi du changEment dans les PME-PMI) montée par Université Lyon (LIESP) et Chambéry (SYSCOM) avec l’aide d’Audros Technology. Il s’agit de montrer à travers un Serious Game comment on ‘‘coure’’ après l’information dans une entreprise pour mener à bien un projet et comment la mise en œuvre d’une démarche PLM peut simplifier les choses. Une façon ludique et didactique d’aborder le problème, très éloignée des traditionnels discours marketing des consultants et donc d’autant plus crédibles pour les PME.

N’ayant pas le don d’ubiquité je n’ai malheureusement pas pu assister à toutes les présentations de l’après-midi sur les bonnes pratiques pour la conduite de projet PLM. Mais il semble bien que la présentation faite par Grégory Parmentier, PLM Manager de Haulotte ait mis en avant quelques disfonctionnements des éditeurs souvent partagés par les auditeurs présents « J’ai une frustration forte vis-à-vis de notre fournisseur de logiciel. Sa version 2009 sortie fin 2008, n’a été utilisable qu’à partir de 2010, mais n’est toujours pas stabilisée en 2011, et l’on vient de nous annoncer quelle ne serait plus maintenue en 2012. Et pourtant on paie ! », a-t-il martelé sous les applaudissements de la salle.

Et le Trophée PLM 2011 est remis à …

Point d’orgue de la journée la remise du Trophée PLM 2011 qui récompense une démarche exemplaire dans la mise en œuvre d’un projet  PLM dans une PME. Cette année 5 dossiers ont été présélectionnés et présenté au Jury auquel j’avais l’honneur de participer.

On retrouvait : Armor ICP, fabricant de rubans pour impression par transfert thermique ; Duqueine, qui conçoit et fabrique des ensembles en matériaux composites pour l’aéronautique, le loisir et l’industrie ; le bureau d’études indépendant IMP2 CAO ; Sofrance, filiale de Safran qui développe des équipements de filtration pour l’aéronautique, le spatial et l’industrie ; enfin le chaudronnier Steriflow.

Notons d’entrée de jeu la qualité moyenne des dossiers présentés qui était en hausse par rapport à l’année dernière, atteignant celle du lauréat 2010, Marèse. Ce qui a conduit à des délibérations animées du Jury.

Finalement le Trophée PLM 2011 a été attribué à Duqueine, notamment pour les points suivants : 
 

  • L’intégration de l’ensemble des services de l’entreprise comme client et/ou fournisseur de l’application : commerce ; projet ; BE/méthodes ; supply chain/production ;
  • L’ouverture du système à des partenaires sur les phases de développement/conception et à des clients pour le suivi de leur projet ;
  • La volonté d’apporter aux clients du groupe une chaîne numérique globale (conception, qualification, gestion des configurations, gestion d’obsolescence, fabrication, installation, support) en s’appuyant sur une intégration poussée des différents outils : PLM ; MES ; ERP ; SRM. 


Mais devant la qualité des autres dossiers et l’apprêté des décisions qui se sont jouées à quelques points, le Jury a décidé d’attribuer un coup de cœur à IMP2 CAO, petite structure de 3 personnes qui n’a pas hésité à se lancer à fond dans cette démarche.

Bref une journée rafraichissante dans le monde des PME, bien loin du marketing habituellement lié au PLM. Si vous le souhaitez, pouvez à toutes les présentations en ligne sur le site de la Journée du PLM.

A la semaine prochaine,

Pour en savoir plus : www.journeeduplm.fr

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l’Usine Nouvelle, suit depuis près de 30 ans l’informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM…). Il a été à l’origine de la lettre bimensuelle Systèmes d’Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur