Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Nouveau bouclier spatial pour les Etats-Unis

| | |

Par publié le à 18h32

Nouveau bouclier spatial pour les Etats-Unis

Représentation des débris dans l'orbite terrestre basse.

Pas de guerre des étoiles en vue au 21e siècle, seulement une mise à jour du système de géolocalisation des débris spatiaux. Le Département de la Défense américain vient d’accorder deux contrats pour le développement d’un prototype d’ici mi-2012.

Un projet faramineux qui pourrait couter près de 2,5 milliards d’euros : voilà le prix du recensement et de la surveillance des 500 000 débris qui encombrent, selon la NASA, l’orbite terrestre.

Il n’en est pas moins indispensable à la fois pour la survie des satellites et de leurs éventuels occupants, ainsi que pour la gestion de la pollution spatiale : à titre d’exemple, la collision entre deux satellites, comme celle survenue en février 2009 entre la sonde russe Cosmos et le satellite de télécommunication Iridium, peut générer plusieurs centaines de nouveaux débris. La station spatiale internationale doit quant à elle manœuvrer pour éviter des objets qui se déplacent sur leur propre orbite à près de 30 000 kilomètres par heure !    

 

        

Le département de défense américain (DoD) dispose déjà, via des radars très haute fréquence installés dans le Sud du pays, d’un système de géolocalisation des débris et des satellites qui survolent l’atmosphère. Mais l’idée du nouveau ''bouclier spatial'' est de pouvoir accéder à tout moment à un catalogue exhaustif des objets spatiaux, notamment les plus petits, grâce à deux ou trois capteurs plus puissants répartis en des endroits stratégiques du globe.   

Deux entreprises américaines sont en lice pour développer le système d’ici la mi-2012 : Raytheon et Lockheed Martin. Dans une vidéo expliquant la technologie, Lockheed Martin annonce vouloir agrandir le catalogue des objets spatiaux d’un facteur dix, soit jusqu’à 200 000 débris surveillés simultanément. Le département de la défense lui a accordé, comme à son concurrent, 77 millions d’euros pour concevoir le prototype.

Ludovic Fery

Pour en savoir plus : http://orbitaldebris.jsc.nasa.gov

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur