Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

partager sur les réseaux sociaux

Nord fournit 2 500 réducteurs pour un laminoir de Shanghai Baosteel

| | | |

Par publié le à 22h30

Nord fournit 2 500 réducteurs pour un laminoir de Shanghai Baosteel

Des conditions de travail difficiles

Nord Drivesystems fournit de multiples types de moteurs et motoréducteurs pour équiper les différentes lignes production d’une aciérie chinoise. L’accent y est mis sur la fiabilité des matériels dans des conditions de charge et de température éprouvantes.
 

Nord Drivesystems a fourni 2 500 motoréducteurs à la Shanghai Baosteel Group Corporation pour un laminoir à tôles lourdes situé à Pudong, qui produit, entre autres, des tôles pour l´industrie de la construction navale.

Les systèmes d’entraînement des convoyeurs à rouleaux sont des éléments essentiels de l'équipement d'une aciérie. Ils doivent être fiables, sinon l'ensemble des lignes de production risqueraient d’être à l’arrêt, ce qui peut entraîner des dommages irréparables à l'équipement lorsque des produits fraîchement coulés sont immobilisés sur les convoyeurs à rouleaux trop longtemps.

Les systèmes d’entraînement doivent pouvoir résister à des environnements contraignants, des modes de fonctionnement extrêmement irréguliers, des charges lourdes et des températures maximales. Les systèmes d’entraînements doivent assurer des couples élevés. Ils doivent être capables d’inverser instantanément la direction de laminage et d’offrir la possibilité de réglage de la vitesse par variation de vitesse électronique. Cela implique un stress électrique, mécanique et thermique élevé sur les entraînements.

De la brame à la tôle en quelques passes

Dans l'usine de laminage de Pudong, les brames d'acier sont laminées en feuilles. Les brames, fraîchement façonnées dans une machine de coulée continue, sont transportées dans un four de réchauffage via des convoyeurs à rouleaux. En sorti de four elles sont incandescentes. Elles subissent un processus de décalaminage superficiel sous haute pression.

À cause de l'eau pulvérisée, les systèmes d’entraînement dans cette zone doivent avoir une protection IP66. Ensuite, après que les brames aient été aplanies, les tôles sont laminées à l'épaisseur et la dimension requises. Elles passent ensuite à travers une ligne de refroidissement accélérée vers une aire de refroidissement et de personnalisation.

Les convoyeurs à rouleaux pour le transport des brames sont montés en disposant les rouleaux à un mètre de distance les uns des autres, chacun propulsé par un motoréducteur. Le couple de charge doit être suffisamment élevé pour que le moteur puisse prendre le relais d’un rouleau voisin en cas de panne. Pour s'assurer que les convoyeurs à rouleaux ne soient jamais à l’arrêt, cinq à sept systèmes d’entraînement pour chaque groupe de dix rouleaux doivent être suffisamment puissants pour transporter le produit laminé.

500 commutations par heure

Plus de 800 moteurs hélicoïdaux en ligne ont été installés sur les convoyeurs à rouleaux des lignes de cisaillement qui exigent jusqu'à 500 commutations par heure et des accélérations pouvant atteindre 3,4 m/s².

De plus, Baosteel utilise des motoréducteurs de Nord dans les zones à haute température, par exemple dans la zone de décalaminage et comme systèmes d’entraînement des rouleaux, mais aussi dans la ligne de refroidissement accélérée.

Pour les charges maximales, Nord fournit des réducteurs industriels qui génèrent des couples pouvant atteindre 200 000 Nm – ils sont extrêmement bien adaptés aux applications dans l’aire de refroidissement, sur les convoyeurs à chaîne et sur les galets de guidage.


Des moteurs éprouvés

Pour résister à aux variations de charges et aux accélérations souvent rapides, les convoyeurs à rouleaux dans l'industrie sidérurgique exigent des solutions d’entraînement avec des couples de rupture et de démarrage élevés. Si une brame en acier est bloquée, les systèmes d’entraînement doivent pouvoir résister à la surcharge qui en résulte. En raison de ces tâches très exigeantes avec des conditions de service variables et des températures ambiantes élevées, les aciéries préfèrent souvent des moteurs de convoyeurs à rouleau qui ont fait leurs preuves, c'est-à-dire des moteurs avec ailettes annulaires qui fournissent non seulement un excellent auto-refroidissement par convection, mais qui permettent également de ne pas conserver les poussières entre les ailettes lorsqu’ils sont montés horizontalement.

Les moteurs TENV à ailettes droites de Nord ont été conçus pour des inversions fréquentes et fournissent une protection parfaite contre la poussière, la saleté et les pulvérisations d'eau. Avec une plus grande quantité de matière, des roulements et des arbres plus gros, ces moteurs spécifiques résistent à des charges plus importantes et ont une durée de vie plus longue que les moteurs industriels classiques dans la même gamme de performance.

Les moteurs pour Baosteel ont un bobinage spécial avec des capteurs de température et un codeur incrémental. Pour un refroidissement efficace dans des environnements difficiles, ils utilisent la convection naturelle (modèles totalement fermés non ventilés – ou TENV) ou la convection forcée (modèles complètement fermés refroidis par ventilateur – ou TEFC). La conception non ventilée fournit une protection parfaite contre la poussière et l'eau.

De plus, les nouveaux moteurs IE2 de Nord permettent de disposer de systèmes d’entraînement innovants et de faire des économies. Ils génèrent moins de perte de chaleur que la génération précédente, et selon la taille, ils peuvent, si nécessaire, être exploités en permanence à un coefficient de performance de 150 %, sans réduire la disponibilité du système d'entraînement. En plus de réserves de grande puissance, les moteurs éconergétiques IE2, de Nord ont aussi de meilleures capacités de couples de démarrage et de rupture, une plus grande vitesse et généralement ils nécessitent moins d’énergie pour la puissance nominale indiquée.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www2.nord.com/cms/fr/home-fr.jsp
 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur