Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

du lundi 08/04/2013

Un système de transmission multicanaux

Numérique & Informatique

Par Philippe Passebon - publié le 8 avril 2013 à 01:13

Une technologie de communication sans fil permettant la transmission de différents signaux sur le même canal fréquentiel sans avoir besoin de synchronisation des signaux a été mise au point par des chercheurs de l’université du Sud Toulon-Var.

La technologie Split Waves ou « Zero Division Multiple Access » (ZDMA) sur un système breveté de résolution d'équations. Sur le prototype unique construit par les chercheurs, les différents émetteurs du système émettent tous sur la même radiofréquence porteuse les signaux négatifs et sur une autre radiofréquence les signaux positifs. Pas besoin de signaux pilotes, de synchronisation entre émetteurs ou d’informations supplémentaires pour différencier les signaux. Le récepteur muni d’un nombre d’antennes supérieur ou égal au nombre d’émetteurs use d’un système de résolution d’équations par calcul matriciel pour faire le tri dans le mélange de signaux qu'il reçoit. Le système compare les signaux, différents pour chacune des antennes en raison de la diversité spatiale des émetteurs. Plus ceux-ci sont éloignés les uns des autres, plus la technologie est efficace, sans que les émetteurs aient besoin de communiquer entre eux.

« Split Waves peut s’appliquer pour l’ensemble des solutions de radiofréquences montantes. Elle simplifie les systèmes de modulation du signal et permet d’augmenter le débit des transmissions en réduisant l'encombrement spatial ou la durée de transmission. Elle peut trouver des applications dans les systèmes de communication satellitaire, les émissions Wi-Fi ou encore pour les systèmes comportant beaucoup de capteurs émettant vers une seule station de réception. Il n’y a alors plus besoin d’étaler le multiplexage », a détaillé Yves Demange, directeur éxécutif du département Technologies des matériaux, de l'environnement et de l'information de la société de transfert SATT Sud Est. Si le premier prototype est analogique, les chercheurs développent un modèle numérique. Ils espèrent un essor industriel rapide de la technologie.

Un processeur graphique pour le supercalculateur Piz Daint

Numérique & Informatique

Par Sophie Eustache - publié le 8 avril 2013 à 05:00

Le Centre national suisse de calcul scientifique (CNSCS) développe un supercalculateur, Piz Daint, d’une puissance de calcul de 1 pétaflops, soit un million de milliard d'opérations à virgule flottante par seconde. Pour atteindre cette puissance, le supercalculateur utilise un processeur graphique GPU (Graphics Processing Unit) comme accélérateur. Lorsqu'il deviendra opérationnel en 2014, il sera l’un des systèmes à base de GPU les plus rapides d’Europe.

"Le GPU, destiné à l'origine aux calculs d'images, a une puissance de calcul parallèle bien supérieur aux CPU", a rappellé Stéphane Quentin, porte-parole de Nvidia. Depuis 2007, la puissance de calcul parallèle des GPU est de plus en plus fréquemment mise à profit dans les supercalculateurs, donnant naissance à des systèmes hybrides. "La course à l'Hexaflops passe par le GPU", a résumé Stéphane Quentin. Le GPU intégré à Piz Daint, doté de 2 368 cœurs, permettra d’améliorer le niveau de précision des recherches en matière de climat et de modélisation météorologique.

"Piz Daint nous permettra de progresser très rapidement dans nos recherches menées sur le climat alpin et sur les modèles météorologiques. Grâce à l’accélération GPU, les chercheurs sont en mesure d’utiliser des modélisations haute résolution sophistiquées, qui nous permettent d’obtenir un niveau de visibilité exceptionnel et un niveau de compréhension sans précédent de la façon dont fonctionnent ces systèmes", estimeThomas Schulthess, directeur du CSCS, dans un document diffusé par l'organisme. Capable de mener des simulations complexes de phénomènes environnementaux, le supercalculateur hybride Piz Daint trouve des applications dans des domaines aussi variés que l'astrophysique, les sciences des matériaux et les sciences de la vie.

Un radar en bande X au service des villes

ParisTech, Ecole des Ponts ParisTech , Veolia, Eau, Numérique & Informatique

Par Ludovic Fery - publié le 8 avril 2013 à 04:24

L’École des Ponts ParisTech testera d'ici neuf mois l'apport d’un radar en bande X et à double polarisation, construit par l’allemand Selex Systems Integration, à la mesure des précipitations et à l'élaboration de prévisions météorologiques imminentes pour anticiper les risques de pollutions ou d'inondations en ville.

Dotés d’une résolution spatiale environ dix fois supérieure à celle des radars météorologiques classiques (bandes C ou S), les radars en bande X, une bande de fréquence située autour de 8 gigahertz, sont capables de prédictions plus fines en termes de pluviométrie. Les mesures reposent sur la réflexion des ondes hertziennes par les gouttes d’eau dans un rayon d’une cinquantaine de kilomètres. Selon Daniel Schertzer, responsable scientifique du projet européen Interreg RainGain à l’Ecole des Ponts, l’outil est en cours de déploiement dans quatre villes européennes.

Les tests menés en région parisienne amélioreront les modèles hydrologiques urbains. Indirectement, RainGain pourra avoir des retombées industrielles, notamment pour Veolia, associé au projet via une chaire : « une meilleure planification des eaux pluviales peut signifier un meilleur dimensionnement des ouvrages de réception comme les bassins de rétention », a détaillé Daniel Schertzer à Industrie & Technologies. Autre atout indirect de l’instrument : l’amélioration du service de transport, grâce à une meilleure prise en charge du risque d’inondation.

Une caméra 3D longue distance à haute résolution

Numérique & Informatique

Par Maëlle Becuwe - publié le 8 avril 2013 à 05:26

Une caméra 3D à haute résolution, capable de matérialiser des petits objets à une distance allant jusqu’à 1 kilomètre, a été mise au point par des physiciens écossais. Elle pourrait être utilisée pour détecter des cibles matérielles fixes, comme des véhicules, ainsi que leur vitesse et leur direction.

Les caméras qui fonctionnent en envoyant un faisceau laser sur un objet et en captant le rayon reflété sont limitées par la courte portée du laser et par les éléments qui ne reflètent pas ce faisceau. La caméra mise au point par les chercheurs écossais envoie un rayon laser de faible puissance et avec une grande longueur d’onde, qui balaie la cible et enregistre ensuite le temps mis par chaque photon du faisceau pour rebondir sur la cible et revenir. Le système jouit ainsi d’une haute résolution et peut modéliser des objets qui reflètent peu le laser, comme les vêtements. « 
Si d’autres techniques peuvent égaler ou surpasser certaines caractéristiques de notre équipement, cette approche photon par photon donne un compromis unique entre le temps de résolution, la portée, le temps d'acquisition des données et la puissance du laser » a souligné l'un des membres de l'équipe, Aongus McCarthy.

En dehors de l'identification des cibles, cette technique d'imagerie par comptage des photons pourrait être utilisée pour des travaux de recherche, comme l'évaluation à distance de l’état ou du l’étendue de la végétation ou le mouvement des parois rocheuses, dans le but de suivre l’évolution de ces zones.

Des smartphones qui s'adaptent aux usages

Numérique & Informatique

Par Sophie Eustache - publié le 8 avril 2013 à 01:16

Un service pour adapter le contenu du smartphone aux habitudes de l’utilisateur a été développé par l’opérateur japonais Docomo.
L'application est en phase d'essai.

Développé sous Android, Tap-de-ConcierTM se base sur des données de tendance, l’historique des opérations et des statistiques afin que les fonctions et applications du terminal proposent un contenu intuitif et adapté en temps réel aux besoins de l’utilisateur. Ainsi, le service est capable de prendre en compte l'heure à laquelle l'utilisateur quitte habituellement le travail et propose automatiquement la liste des destinations probables, les itinéraires et l'horaire du train. Autre usage, qui se base plus particulièrement sur l'historique : si l'utilisateur a l'habitude de regarder des recettes avant le repas, le service propose un accès aux recettes les plus populaires.

Pour proposer un contenu pertinent, Tap-de-Concier met en collaboration les fonctions du téléphone - courrier, mémo, alarme, chronomètre, calendrier, appareil photo et la musique - avec des services disponibles en ligne - Twitter, Wikipédia, sites de prévisions météorologiques, de restaurants, de recettes, plateformes de divertissement-.

Un circuit intégré capable de contourner des dégâts matériels

Numérique & Informatique, Lu sur le web

Par Sophie Eustache - publié le 8 avril 2013 à 05:00

Un circuit intégré capable de survivre aux dommages matériels en reconfigurant la façon de traiter les informations a été développé par des chercheurs de Caltech, l’institut de technologies de Californie.

Plutôt que réparer les dégâts, la puce utilise un deuxième processeur, lequel configure de nouvelles façon d’effectuer les tâches, rapporte le magazine MIT Technology Review. La puce peut aussi être programmée de façon à mettre l’accent sur l’économie d’énergie ou la vitesse. Lors d'un test mené au sein du Caltech, une puce a été brûlée par laser afin d'abîmer la moitié des transistors. Le circuit s'est adapté aux dégâts en 10 millisecondes. 

L'équipe du Caltech est la première à démontrer cette capacité de résilience d’une puce, laquelle intègre 100 000 transistors, plusieurs types de capteurs, et l'ajout d'un processeur destiné à gérer les performances du circuit et lancer un algorithme pour analyser ce qui doit être améliorer. Ces circuits auto-réparateurs pourraient être résistants aux défauts de fabrication et seraient capables de supporter des dommages causés par des températures élevées ou des dégradations liées au vieillissement.

/*%%SmartyNocache:182930101859c1f8c26c9893-26067775%%*/"/js/oas_async.js"),$_smarty_tpl);?>/*/%%SmartyNocache:182930101859c1f8c26c9893-26067775%%*/